NOUVELLES

«Arrested Development» en rafale sur Netflix: prière de ne pas vendre la mèche

15/05/2013 02:12 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT

TORONTO - Sandy Vasquez sera confrontée à un dilemme le 26 mai lorsque les nouveaux épisodes de la série humoristique «Arrested Development» seront mis en ligne sur Netflix.

À titre de fondatrice de l'un des sites Internet les plus fréquentés par les mordus de cette série télévisée, elle ressent la pression de visionner en rafale les 15 épisodes dès qu'ils seront rendus disponibles pour commencer à publier des captures d'écran et des commentaires sur son blogue Tumblr.

Mais elle est aussi fort consciente que certains de ses visiteurs n'enfileront pas les nouveaux épisodes d'un seul coup à compter du 26 mai et qu'ils se retiendront peut-être de visiter son site, «The Bluth Company», de peur d'apprendre ce qui se trame chez les Bluth.

Et même si Sandy Vasquez attendait avec impatience le retour de Michael, Lindsay, Buster, Lucille et Tobias, elle n'est pas encore certaine de vouloir tout consommer à la vitesse de l'éclair.

«J'y réfléchis encore parce que d'un côté, j'aimerais espacer mes visionnements un peu. C'est comme quelque chose de spécial que l'on a attendu pendant des années et qui arrive enfin», a-t-elle confié en entrevue.

«Tu ne veux pas gaspiller toute l'excitation et visionner le truc en entier en une seule journée.»

Sandy Vasquez a demandé à ses lecteurs à quel point ils craignaient qu'on leur vende la mèche. Ils ont été nombreux à lui répondre qu'ils pourraient avoir besoin d'un mois pour visionner la nouvelle saison d'«Arrested Development».

«Mais je suis certaine que quelqu'un va gâcher des surprises pour moi», a-t-elle suggéré.

La nécessité de prévenir les lecteurs qu'ils risquent d'apprendre ce qui se passe dans une série télévisée et de faire preuve de prudence en discutant des nouvelles oeuvres disponibles en exclusivité sur Netflix est bien réel, reconnaît le président et chef de la direction Reed Hastings.

Le phénomène n'est toutefois pas nouveau: les lecteurs sont confrontés au même défi s'ils lisent un nouveau bouquin qu'un ami ne parcourt pas au même rythme, illustre M. Hastings.

Les utilisateurs de Netflix doivent tout simplement trouver une façon d'entretenir des discussions avec leur amis téléphiles sans vendre la mèche, selon lui.

«Il est vrai que cela crée de nouvelles normes sociales, comme Internet le fait constamment», résume Reed Hastings.

PLUS:pc