NOUVELLES

Obama dénonce l'attitude de l'IRS vis-à-vis des groupes conservateurs

13/05/2013 08:04 EDT | Actualisé 13/07/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président américain Barack Obama a tenté de minimiser deux controverses lundi, disant trouver scandaleux que l'agence fédérale responsable des impôts se soit acharnée sur des groupes politiques conservateurs et niant fermement que son administration ait tenté de cacher certains faits après l'attaque contre le consulat américain à Benghazi l'an dernier.

Les enquêtes sur ces deux questions, qui ont mis la Maison-Blanche sur la défensive et enhardi les républicains, risquent de monopoliser le deuxième mandat de M. Obama à la tête des États-Unis qui a déjà connu un début difficile.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec le premier ministre britannique David Cameron lundi, Barack Obama a semblé perdre son sang-froid relativement à la reprise de l'investigation sur l'attaque à Benghazi survenue le 11 septembre dernier.

Il a affirmé que les efforts des républicains pour ramener le sujet sur le tapis étaient dignes d'un «spectacle de foire» et déshonoraient les quatre Américains tués dans l'attentat, dont l'ambassadeur Christopher Stevens.

Selon le président, il n'y a rien à découvrir dans ce dossier et les nouvelles audiences annoncées par les républicains sont largement motivées par des raisons politiques.

Dans une tentative pour éviter qu'une autre controverse ne dégénère, Barack Obama a aussi vivement réprimandé l'Internal Revenue Service (IRS) pour avoir remis en question l'exemption d'impôts de groupes politiques portant des noms conservateurs comme «Tea Party» et «Patriot». Les responsables, a-t-il soutenu, devront répondre de leurs actes.

PLUS:pc