NOUVELLES

Monnaies: le Japon joue selon les règles internationales, affirme le G7

11/05/2013 03:50 EDT | Actualisé 11/07/2013 05:12 EDT

AYLESBURY, Royaume-Uni - Le Japon a semblé convaincre samedi ses partenaires du G7 des principaux pays industrialisés qu'il ne manipulait pas sa monnaie dans le but de sortir son économie d'une période de stagnation de deux décennies.

Lors de la conclusion d'une rencontre de deux jours des représentants financiers du G7 (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Italie, Canada, Royaume-Uni), l'hôte britannique, le chef du Trésor George Osborne, a déclaré qu'il y avait eu admission générale que chaque membre devait assurer sa croissance économique en équilibrant les mesures d'austérité et les initiatives de relance.

La rencontre a également permis de s'accorder sur l'importance de trouver des mesures pour affronter les difficultés des banques et oeuvrer collectivement pour empêcher les entreprises et les individus de pratiquer l'évasion fiscale.

La reprise économique après la récession, au cours des dernières années, n'a pas été sans accroc. Alors que l'économie américaine, la plus importante de la planète, semble retrouver de l'allant, plusieurs pays européens sont en récession alors qu'ils tentent de retrouver la mainmise sur leurs finances publiques en pratiquant de grandes compressions et en augmentant les impôts.

Le Japon, la troisième plus importante économie de la planète, a suscité l'attention, au cours des derniers mois, alors que le nouveau gouvernement du premier ministre Shinzo Abe a adopté une politique radicale de mesures de relance monétaire agressives pour réinsuffler le boom d'après-guerre du pays, qui a frappé un mur au début des années 1990.

L'une des conséquences de l'injection de devises supplémentaires dans l'économie japonaise fut une chute considérable de la valeur du yen, qui a alimenté les craintes d'une «guerre des monnaies» à l'échelle internationale.

PLUS:pc