NOUVELLES

Manifestation des garderies privées à Montréal: elles dénonçent les coupes de Québec

11/05/2013 07:38 EDT | Actualisé 11/07/2013 05:12 EDT
Shutterstock
happy child kids group have fun and play at kindergarden indoor preschool education concept with teacher

MONTRÉAL - L'Association des garderies privées du Québec (AGPQ) est revenue à la charge et demande à Québec de reculer sur les compressions de 15 millions $ infligées au réseau des garderies subventionnées.

Des manifestants se sont réunis samedi devant les bureaux de la première ministre Pauline Marois à Montréal, pour dénoncer les coupes de la ministre de la Famille, Nicole Léger.

Le président de l’Association, Sylvain Lévesque, soutient que ces compressions affecteront grandement la qualité des services offerts et mettra en péril le réseau.

L'Association estime que ces compressions représentent une erreur fiscale et néfaste pour l'économie du Québec. M. Lévesque fait valoir que les garderies privées génèrent d'importantes sommes dans l'économie étant donné les frais d'impôts et de taxation assumés par les propriétaires privés, comparativement à ce qui prévaut dans les Centres de la petite enfance (CPE).

Selon M. Lévesque, les garderies subventionnées réussissent de peine et de misère à cumuler des bénéfices de 100 000 $ par année, avant imposition. Il rappelle que les garderies privées retournent à l’État plus de 30 millions $ par année, ce qui n’est pas le cas des CPE.

Il déplore que la ministre Léger se montre intraitable et refuse d’entendre les solutions mises de l’avant par son association.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois