NOUVELLES

Le porte-parole de la présidente sud-coréenne nie avoir agressé une jeune femme

11/05/2013 09:15 EDT | Actualisé 11/07/2013 05:12 EDT

SÉOUL, Corée du Sud - Le porte-parole de la présidente de la Corée du Sud ayant été renvoyé en raison d'un «incident honteux» survenu alors qu'il accompagnait Park Geun-hye aux États-Unis a nié, samedi, les rumeurs selon lesquelles il aurait agressé sexuellement une Américaine d'origine coréenne durant le voyage.

Le bureau de Mme Park a annoncé que la leader sud-coréenne avait remercié son principal porte-parole, Yoon Chang-jung, cette semaine parce qu'il avait posé des gestes portant atteinte à la réputation de son pays.

Le porte-parole de la police de Washington, Araz Alali, a indiqué que les forces de l'ordre avaient ouvert une enquête concernant un cas d'agression sexuelle, sans toutefois donner davantage de détails.

Selon un rapport de police dont l'Associated Press a obtenu copie, une femme a raconté aux autorités qu'un homme lui avait touché les fesses sans sa permission mardi soir dans un hôtel de la capitale américaine.

Le document ne fournit pas de renseignements sur les circonstances entourant l'incident et ne révèle rien sur le suspect outre qu'il est âgé de 56 ans, tout comme M. Yoon.

Les médias sud-coréens ont rapporté que la présumée victime était une Américaine d'origine coréenne au début de la vingtaine qui a travaillé pour le porte-parole dans le cadre d'un stage organisé par l'ambassade de la Corée du Sud aux États-Unis.

Citant une connaissance de la jeune femme, le journal Chosun Ilbo a raconté samedi que Yoon Chang-jung avait touché son assistante de manière inappropriée dans le bar d'un hôtel mardi, lui avait dit de se présenter à sa chambre le lendemain matin et lui avait demandé d'avoir des relations sexuelles avec lui. Ce sont des amis de la stagiaire qui ont plus tard dénoncé le porte-parole aux autorités.

En conférence de presse à Séoul samedi, M. Yoon a démenti les allégations, soutenant qu'il n'avait touché la jeune femme qu'une seule fois à la taille et non sur les fesses afin de lui remonter le moral après avoir pris un verre avec elle et leur chauffeur.

Il a ajouté ne jamais l'avoir invitée à sa chambre et assuré qu'il intenterait une poursuite contre tous les médias ayant rapporté des informations erronées relativement à cette affaire.

PLUS:pc