NOUVELLES
08/05/2013 10:04 EDT | Actualisé 08/07/2013 05:12 EDT

Thetford Mines : Luc Berthold lance un crie du coeur

Un texte de Geneviève Proulx

Le maire de Thetford Mines, Luc Berthold, dénonce l'inaction du gouvernement québécois envers sa municipalité au niveau de la diversification économique.

« On commence à être très impatients », dit-il. Selon M. Berthold, les promesses faites par Québec tardent à se réaliser. « Je demande à la première ministre de s'impliquer directement dans le dossier. De faire en sorte que les ministres se parlent et qu'il y ait enfin des actions concrètes. »

Au nombre des actions demandées se trouvent la reconstruction de la route 112et la possibilité d'offrir une seconde vie aux nombreuses installations minières désaffectées. « On ne demande pas l'aumône. On demande de nous laisser les moyens de nous développer par nous-mêmes. Ne nous mettez pas des bâtons dans les roues ! », implore-t-il.

Vendredi dernier, à Asbestos, la ministre déléguée à la Politique industrielle, Élaine Zakaïb a confirmé un fonds de diversification économique. L'annonce a piqué le maire de Thetford Mines au vif. « Je commence à en avoir mon voyage qu'on fasse des annonces à Asbestos et que l'on ignore Thetford Mines. C'est inéquitable, injuste. Il est temps qu'on se réveille et qu'on voie ce qui se passe chez nous! »

Le président du syndicat des employés de Lab Chrysotile, Luc Lachance, joint sa voix à celle du maire Berthold. À ce jour, une centaine de travailleurs miniers sont sans emploi à la suite de la fermeture de la mine, il y a 18 mois. « Il faut arrêter de parler. Il faut bouger. Sortez-nous un plan qui pourrait être acceptable. »

Ce plan, selon le syndicat, c'est offrir une rente pour invalidité aux travailleurs âgés de 55 ans et plus. Cette demande est restée lettre morte.

Pour les ex-travailleurs de Lab Chrysotile, il y a urgence d'agir. Les prestations d'assurance-emploi ont pris fin cette semaine et depuis un an, deux ex-travailleurs miniers ont mis fin à leurs jours.

PLUS:rc