DIVERTISSEMENT
08/05/2013 08:53 EDT

Télé-Québec: un Saturday Night Live à la sauce québécoise

PC images

Télé-Québec propulsera en ondes une adaptation québécoise de Saturday Night Live, rebaptisée SNL Québec. Deux spéciaux, respectivement animés par Louis-José Houde et Stéphane Rousseau, seront d’abord tentés à l’hiver 2014, les samedis 8 février et 22 mars, à 21h00. Puis, si l’expérience est concluante, l’émission reviendra sur une base régulière l’année suivante. L’acquisition des droits du populaire format américain est une initiative conjointe des boîtes Fair-Play et Zone 3.

La chaîne publique était très fière d’annoncer cette nouveauté en conférence de presse téléphonique, mercredi matin. Et, si on se fie aux différentes réactions relevées sur les réseaux sociaux, on devine que SNL Québec suscitera énormément de curiosité. Le rendez-vous reprendra tous les éléments qui ont fait de la mouture d’origine de Saturday Night Live une institution, c’est-à-dire des animateurs de renom (différents d’une semaine à l’autre), des saynètes humoristiques parodiant l’actualité courante (qu’elle soit culturelle ou politique), des prestations musicales (avec des artistes d’ici et un orchestre sur place) et des invités surprises (on nous promet un festival d’apparitions inattendues, de caméos). Le tout, enregistré devant public, dans un studio de télévision, avec un bassin de six comédiens maison qui donneront vie aux sketchs.

Parmi le panel d’auteurs de SNL Québec figureront plusieurs étudiants de l’École nationale de l’humour, qui auront la chance d’aiguiser leur plume dans un contexte professionnel. Josée Fortier, productrice au contenu – à qui on doit la défunte comédie Samedi de rire, qu’elle avait concoctée avec Yvon Deschamps – considère que l’établissement dirigé par Louise Richer est une « pépinière de talents » et est fière d’avoir une opportunité d’en révéler quelques-uns à monsieur et madame tout le monde.

« C’est un rêve qui devient réalité, pour moi, a-t-elle précisé. Je trouve que SNL Québec arrive à point dans l’univers de la télévision. Il manque un rendez-vous qui traite d’actualité et qui en fait des parodies. Il faut souvent attendre la fin de l’année pour en voir. Et on va faire découvrir de nouveaux talents, qui auront la bénédiction des animateurs du moment. Ils seront encadrés d’auteurs séniors.»

Les deux essais présentés l’an prochain occuperont la case-horaire de Belle et Bum, mais Dominique Chaloult, directrice générale des programmes de Télé-Québec, a insisté : si la formule est renouvelée, elle n’entraînera pas pour autant la mort du happening musical de Normand Brathwaite et Geneviève Borne. Les deux titres bénéficient d’ailleurs d’un budget semblable, même si celui de SNL Québec est légèrement plus élevé.

Quant au choix de Louis-José Houde et Stéphane Rousseau comme premières têtes d’affiche de l’aventure, il s’est effectué naturellement, les deux humoristes étant très appréciés des Québécois. Tous deux ont connu une enfance bercée par Saturday Night Live.

Fidèle à l’original

Rien n’est laissé au hasard pour faire de SNL Québec un succès, comme l’est Saturday Night Live aux États-Unis depuis maintenant 38 ans. Les bonzes de Fair-Play et de Zone 3 se sont rendus à trois reprises à New York, pour négocier avec les membres de la production originale et comprendre tous les rouages de celle-ci. Ils étaient notamment dans les coulisses de l’émission lorsque Lana Del Rey a cafouillé en direct pendant l’interprétation de son tube Video Games, en février. Même Louis-José Houde est allé faire trempette dans les studios, le week-end dernier, afin de s’imprégner de l’atmosphère qui y règne. Très admiratif du concept, Guy Villeneuve, de Fair-Play, compte livrer un produit fidèle à celui-ci, soutenant être « pris en charge » par ses créateurs, même si ces derniers, dit-il, se montrent très souples quant aux changements qui pourraient être apportés.

« On a eu des réunions avec la productrice et on a fait le tour de tous les départements, a-t-il expliqué. On sent que les gens font ça pour les bonnes raisons. Ils ont une passion pour la télé, les maquillages, les décors, les effets spéciaux. »

Ainsi, comme leurs homologues de la Grosse Pomme, les artisans de SNL Québec testeront leur matériel une première fois devant les spectateurs avant de se commettre en direct devant les caméras, quelques heures plus tard. Évidemment, il faudra que les deux premières éditions fassent leurs preuves, mais on sent que Télé-Québec tient au projet et aimerait beaucoup l’intégrer à sa grille régulière.

L’idée de Saturday Night Live a été élaborée par le producteur canadien Lorne Michaels. La revue hebdomadaire, diffusée sur NBC, est retransmise dans 170 pays à travers le monde mais, jusqu’ici, seuls l’Italie, l’Espagne, la Corée et le Japon en ont façonné leur propre version locale. Semble-t-il que celle de la Corée du Sud cartonne très fort chez les téléspectateurs.

« Saturday Night Live, c’est à la fois un succès d’estime, un succès d’audience et un endroit de formation pour les comédiens et les auteurs », a résumé Guy Villeneuve.