NOUVELLES
08/05/2013 07:58 EDT | Actualisé 08/07/2013 05:12 EDT

La société Medicago de Québec développe un vaccin contre le virus H7N9

Getty Images
MIAMI, FL - SEPTEMBER 21: University of Miami pediatrician Judith L. Schaechter, M.D. (L) gives an HPV vaccination to a 13-year-old girl in her office at the Miller School of Medicine on September 21, 2011 in Miami, Florida. The vaccine for human papillomavirus, or HPV, is given to prevent a sexually transmitted infection that can cause cancer. Recently the issue of the vaccination came up during the Republican race for president when Rep. Michele Bachmann (R-MN) called the vaccine to prevent cervical cancer 'dangerous' and said that it may cause mental retardation, but expert opinion in the medical field contradicts her claim. Texas Gov. Rick Perry, also a presidential contender, has taken heat from some within his party for presiding over a vaccination program in his home state. (Photo by Joe Raedle/Getty Images)

QUÉBEC - Une société biopharmaceutique de Québec se dit prête à entreprendre des études approfondies sur le potentiel d'un vaccin qui protégerait contre le virus A(H7N9), qui est responsable de l'éclosion actuelle de grippe en Chine.

L'entreprise Medicago (TSX:MDG) a annoncé mercredi qu'elle avait produit avec succès un nouveau vaccin candidat fondé sur des particules pseudo-virales (PPV).

La société précise que son vaccin à PPV H7 est actuellement en cours de purification en vue d'études à être réalisées sur des modèles animaux.

Medicago n'a besoin que de la séquence génétique de la souche virale, ce qui limite considérablement, selon elle, les retards rencontrés dans les systèmes de fabrication traditionnels.

Le président et chef de la direction de Medicago, Andy Sheldon, affirme qu'à sa connaissance, Medicago est la première société à produire un vaccin candidat à PPV contre cette souche au potentiel pandémique.

Il explique que les fabricants actuels de vaccins antigrippaux à base d'oeufs peuvent prendre jusqu'à six mois pour produire un vaccin contre une nouvelle souche.

Il assure que son entreprise est en mesure de réduire considérablement ce délai de développement.

Jusqu'à maintenant, 130 cas confirmés en laboratoire d'infection humaine par le nouveau virus de grippe aviaire A (H7N9), incluant 31 décès, ont été déclarés à l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

INOLTRE SU HUFFPOST

À ne pas dire!