NOUVELLES
08/05/2013 01:09 EDT | Actualisé 08/07/2013 05:12 EDT

G7: Washington veut pousser l'Europe à "changer de cap" sur l'austérité

Les Etats-Unis vont encourager les dirigeants de la zone euro à "changer de cap" sur l'austérité et à "recalibrer" le rythme de la réduction des déficits lors du sommet des ministres des Finances du G7 vendredi et samedi à Londres, a indiqué mercredi un haut responsable du Trésor.

"Il est important de recalibrer le rythme de la consolidation budgétaire (dans la zone euro, ndlr). Une consolidation budgétaire brutale risque d'entraver la demande. Un changement de cap maintenant peut faire une grande différence", a indiqué ce responsable sous couvert de l'anonymat lors d'un point de presse.

Deux jours avant le début de la réunion du G7-Finances dans la capitale britannique, ce responsable "a salué" les délais supplémentaires accordés par l'Union européenne à la France, l'Espagne et aux Pays-Bas pour atteindre leurs objectifs de réduction des déficits.

"Mais il y a encore une marge de manoeuvre pour en faire davantage à court terme", a ajouté le responsable sans donner plus de précisions.

Mardi, le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew, qui sera présent à Londres, avait assuré que la réduction des déficits ne saurait être "la seule boussole" de l'action publique aux Etats-Unis à l'heure où le débat sur l'austérité continue d'agiter l'Europe.

A Londres, la délégation américaine devrait une nouvelle fois encourager les économies en excédent, notamment l'Allemagne, à "accroître" leur demande intérieure afin de soulager leurs partenaires de la zone euro en créant un débouché pour leurs produits.

Les ministres des sept pays les plus industrialisés devraient également évoquer la question de "l'évasion et de l'optimisation fiscales", dans le sillage du G20 Finances de Washington le 19 avril, a assuré le responsable américain sous couvert d'anonymat.

"Nous nous réjouissons de l'intérêt porté à la démarche américaine de faciliter la transparence sur les comptes bancaires à l'étranger", a-t-il précisé.

Les Etats-Unis ont voté en 2010 une loi obligeant les établissements financiers à l'étranger à les informer de tout dépôt d'un ressortissant imposable dans leur pays.

jt/sl/are

PLUS:afp