NOUVELLES
08/05/2013 10:13 EDT | Actualisé 08/07/2013 05:12 EDT

Au tour des Innus de dénoncer le nouveau Plan Nord

UASHAT, Qc - Au tour du conseil de bande des Innus de Uashat mak Mani-utenam d'exprimer son opposition à la nouvelle version du «Plan Nord» du gouvernement de Pauline Marois. Selon eux, la mouture péquiste ne règle en rien ce qu'ils qualifient de climat de confrontation.

Les nations autochtones ont été particulièrement irritées d'être présentées comme une «communauté locale» et tiennent à être reconnues comme un peuple avec des droits constitutionnels.

Le chef Mike McKenzie a prévenu qu'il n'y aura pas d'intrusions dans le territoire traditionnel innu sans consentement préalable.

Les Innus de Uashat mak Mani-utenam rappellent qu'ils forment une nation en vertu du droit international et qu'ils possèdent à ce titre le droit et la responsabilité de gérer leurs terres traditionnelles et les ressources naturelles qui s'y trouvent. Ce qui a été présenté comme la «Table des partenaires autochtones» ne sera légitime que dans la mesure où le principe de nation à nation sera respecté, ont-il ajouté.

M. McKenzie a répété que des bénéfices territoriaux ont été obtenus dans le passé, la plupart à la suite de combats juridiques. Des causes sont d'ailleurs pendantes devant les tribunaux contre les gouvernements du Québec et du Canada, contre la société d'État Hydro-Québec et contre la minière Iron Ore Company (IOC) notamment active sur la Côte-Nord.

Mardi, la première ministre Pauline Marois a confirmé des investissements de 870 millions $ d'ici 2018 en matière de développement nordique.

Le Parti libéral estime qu'il ne s'agit que d'une version légèrement altérée du Plan Nord de Jean Charest alors que la Coalition avenir Québec reproche aux péquistes d'investir uniquement de l'argent public plutôt que d'attirer des investisseurs privés.

PLUS:pc