NOUVELLES
07/05/2013 09:37 EDT | Actualisé 07/07/2013 05:12 EDT

Ottawa se retire de programmes de reclassement pour d'ex-scientifiques de l'URSS

OTTAWA - Le Canada se retire de deux programmes internationaux qui visaient à prévenir que des ex-scientifiques soviétiques ne finissent par travailler pour des groupes terroristes.

Les programmes, dont un était en vigueur à Moscou et l'autre en Ukraine, ont été mis sur pied au début des années 1990 afin de donner aux experts en armes un endroit où travailler à la suite de l'effondrement de l'Union soviétique.

Le travail des deux centres s'est vu attribuer une plus grande importance par les nations du G8 lors du sommet de 2002 en Alberta, lorsque le regroupement international a accepté de dépenser 20 milliards $ pour un programme de 10 ans afin de lutter contre les armes de destruction massive.

L'un des quatre piliers de ce partenariat global était l'engagement scientifique, par l'entremise de l'emploi, dans d'autres domaines, d'anciens spécialistes des armes.

Depuis, le Canada a versé 60 millions $ dans le cadre de ces deux programmes.

Mardi, toutefois, le ministre des Affaires étrangères John Baird a déclaré que l'époque des centres moscovite et ukrainien était révolue.

Selon lui, 25 ans après la fin de l'Union soviétique, les programmes ont été largement couronnés de succès, et la plupart des experts ont pris leur retraite.

Le Canada finance malgré tout les deux programmes; Ottawa a annoncé en 2012 un investissement de 367 millions $ sur cinq ans pour «améliorer la sécurité en lien avec les armes de destruction massive».

La décision de l'arrêt de la participation à ces programmes représente le plus récent choix des conservateurs de se retirer d'organisations ou de traités multilatérales jugés désormais moins importants par le gouvernement Harper.

PLUS:pc