NOUVELLES
07/05/2013 06:58 EDT | Actualisé 07/07/2013 05:12 EDT

Netanyahu freine la colonisation à la demande de Washington

AP
US President Barack Obama, left, listens to Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu during their visit to the Children's Memorial at the Yad Vashem Holocaust memorial in Jerusalem, Israel, Friday, March 22, 2013. (AP Photo/Pablo Martinez Monsivais)

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a suspendu les appels d'offres pour de nouveaux logements dans les colonies afin de donner une chance aux Etats-Unis de relancer des négociations avec les Palestiniens, ont indiqué mardi les médias et une ONG israélienne.

M. Netanyahu a fait part de sa décision il y a quelques jours au ministre du Logement Uri Ariel, membre du Foyer juif, un parti nationaliste religieux favorable à la colonisation, a annoncé la radio militaire israélienne.

Le site du quotidien Haaretz a précisé que M. Netanyahu avait promis en mars au secrétaire d'Etat américain John Kerry de "restreindre" la colonisation. Le premier ministre a accepté d'attendre 8 à 12 semaines, soit jusqu'à la mi-juin, avant de publier de nouveaux appels d'offres, selon le journal, qui cite de hauts responsables israéliens.

La radio militaire estime également que ce geste répond aux efforts du président américain Barack Obama et de John Kerry pour relancer les négociations israélo-palestiniennes, bloquées depuis septembre 2010. Les Palestiniens exigent un gel total de la colonisation pour reprendre les pourparlers.

Le bureau du premier ministre, qui effectue une visite en Chine, a refusé de réagir à ces informations.

M. Ariel a pour sa part refusé de démentir ou de confirmer le gel des appels d'offres.

"Je n'ai pas l'intention de révéler la teneur des mes entretiens avec le premier ministre", a affirmé M. Ariel. "Nous avons des milliers de logements en projets, pas pour maintenant mais pour les prochains mois, le feu vert pour la construction ne dépend pas de nous", a-t-il affirmé lors d'une réunion au Parlement.

Une députée du Foyer juif, Ayalet Shaked, a confirmé que "le ministère du Logement a préparé des milliers d'appels d'offres dans les implantations de Judée-Samarie (Cisjordanie)".

"Mais pour que ces appels d'offres débouchent sur des constructions, la signature du premier ministre est indispensable et pour des raisons que je ne m'explique pas, cette signature n'est pas intervenue", a-t-elle déploré.

"Pas de gel de la colonisation"

Interrogée par l'AFP, Hagit Ofran, de la Paix Maintenant, une ONG israélienne opposée à la colonisation, a confirmé à l'AFP que le gouvernement n'avait "publié aucun appel d'offres pour les colonies de Cisjordanie et de Jérusalem-Est depuis le début de l'année alors qu'auparavant des appels d'offres étaient émis en moyenne tous les trois mois".

"Il ne s'agit pas d'un gel de la colonisation, car les travaux de construction en cours dans les colonies se poursuivent, mais on peut parler de retenue de la part de Benjamin Netanyahu, qui ne veut pas être accusé par les Américains d'être responsable d'un échec de leurs tentatives pour relancer des négociations avec les Palestiniens", a ajouté Hagit Ofran.

Selon Haaretz, M. Kerry a demandé aux deux parties de lui donner deux mois pour tenter de rapprocher leurs positions.

En conséquence, la direction palestinienne a consenti de son côté à suspendre pendant ce délai toute démarche pour adhérer à des organisations internationales, y compris les instances judiciaires susceptibles de poursuivre Israël, comme l'accession de la Palestine au statut d'Etat observateur à l'ONU le 29 novembre lui en donne désormais le droit.

Publiquement, M. Netanyahu a jusqu'à présent rejeté l'idée d'un gel de la colonisation.

La radio militaire a précisé que les appels d'offres en attente concernaient les grands blocs d'implantations où vivent la majorité des 360 000 colons en Cisjordanie occupée.