NOUVELLES
06/05/2013 10:13 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

Poussière de nickel à Limoilou : Véronique Lalande se joindra au comité de vigilance

Radio-Canada

Véronique Lalande, la citoyenne de Limoilou qui a sonné l'alarme au sujet de la pollution dans l'air de son quartier, va se joindre au comité de surveillance des activités du port de Québec annoncé par le maire Régis Labeaume et la ministre Agnès Maltais la semaine dernière. 

Véronique Lalande accepte d'en faire partie au nom de son groupe, Initiative citoyenne de vigilance du port de Québec, qu'elle a mis sur pied avec son conjoint dans la foulée des épisodes de poussière de rouge et de nickel dans Limoilou.

« On pense qu'en toute bonne foi, on ne pouvait pas refuser. On ne pouvait pas tourner le dos à ça. Il faut au moins qu'on aille voir. [...] On pense que ça peut donner des résultats réels même si le mandat est ambitieux », affirme Mme Lalande.

Sa grande déception demeure le fait qu'Arrimage du Saint-Laurent n'ait pas admis sa responsabilité pour la poussière de nickel après avoir annoncé de nouvelles mesures vendredi. « Ils veulent qu'on leur fasse confiance qu'ils vont revoir l'ensemble [de leurs procédures], mais c'est comme un alcoolique qui ne reconnaît pas qu'il a un problème et qui veut que je lui fasse confiance qu'il va changer », déplore-t-elle.

Elle note par ailleurs un écart entre les mesures que l'entreprise a présentées et celles réclamées par le ministère de l'Environement. « Ils devaient faire approuver l'emplacement de leurs capteurs, faire approuver leur méthode d'échantillonnage, communiquer en temps réels les données au ministère. Cette question-là est comme évacuée. À moyen terme, tout devait se faire dans des compartiments étanches. Là, on ajoute des moyens périphériques pour limiter, mais tout ça va se faire quand même à l'air libre », souligne-t-elle.

Le comité de surveillance annoncé par la Ville et la ministre Maltais n'aura aucun pouvoir politique. Il surveillera les activités industrielles qui ont cours dans les quartiers Maizerets, Lairet, Vieux-Limoilou et Cap-Blanc. Il aura une vocation consultative et informera la Ville et le gouvernement de la situation dans ces quartiers.

Rappelons que des analyses menées par le ministère de l'Environnement ont confirmé que la poussière de nickel retrouvée en concentrations élevées dans le secteur Limoilou depuis 2010 provient des activités de transbordement de l'entreprise Arrimage du Saint-Laurent, située au port de Québec.