NOUVELLES
06/05/2013 04:08 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

Le Canadien n'a rien à gagner à jouer les gros bras avec les Sénateurs

OTTAWA - Le Canadien n'a rien à gagner à jouer les gros bras face aux Sénateurs d'Ottawa.

Michel Therrien l'a rappelé, lundi, au lendemain de la raclée de 6-1 des siens dans le match numéro trois de la série, à la Place BanqueScotia.

«Nous devons nous concentrer à jouer au hockey», a affirmé l'entraîneur du Tricolore, après avoir qualifié la série de «très intéressante».

Chez les Sénateurs, l'homologue de Therrien, Paul MacLean, avait tourné la page sur les incidents déplorables de la veille, que la LNH n'a pas sanctionnés.

La LNH passera assurément le message aux dirigeants des équipes afin qu'on évite tout débordement comme celui de dimanche. Au total, il y a eu 236 minutes de pénalités d'appelées, 129 du côté du CH — une marque d'équipe.

Retour de Gryba

À l'occasion du quatrième choc de la série, mardi, le Canadien aura donc d'autres chats à fouetter que celui de chercher à régler des comptes avec Eric Gryba.

Le défenseur devrait réintégrer la formation des Sénateurs après avoir purgé une suspension de deux matchs. Gryba a envoyé Lars Eller à l'hôpital lors de la première rencontre, et Brandon Prust et Ryan White promettaient de régler son cas.

MacLean, qui n'a pas voulu confirmer la présence de Gryba, a simplement répondu que «ce sera intéressant de voir», quand on l'a questionné au sujet d'éventuelles représailles.

MacLean a affirmé que les Sens n'ont encore rien accompli, même s'ils dominent la série 2-1.

«Nous avons juste gagné deux matchs, a-t-il mentionné. Nous pouvons mieux jouer. Nous avons commis trop de revirements, dimanche, et notre exécution n'est pas au point.»

P.K. en verve

Dans le camp du Canadien, Therrien a rappelé que ses troupiers ont toujours réagi de la bonne façon cette saison, quand ils ont été acculés au mur.

Le défenseur P.K. Subban a souligné que les gens qui enterrent déjà le Canadien sont les mêmes qui ne croyaient pas que l'équipe accéderait aux séries éliminatoires.

«Nous devons revenir aux choses qui nous ont permis de connaître du succès. Il faudra que nous soyons davantage prêts en début de rencontre.»

Subban a minimisé l'importance de l'échange verbal houleux qu'il a eu avec son coéquipier Max Pacioretty, dimanche, que les caméras de télévision ont capté au banc du Canadien.

«L'émotivité est à son comble en séries, et vous voulez gagner. Des situations semblables arrivent parfois dans le feu de l'action. Max et moi sommes arrivés dans l'organisation et dans la ligue en même temps. Nous sommes de bons amis. Je lui ai parlé et tout est correct. Nous sommes prêts pour le match de mardi.

«Si vous voulez créer une controverse, ça vous regarde. Nous, nous savons ce qui se passe réellement au sein de l'équipe», a-t-il résumé.

L'entraîneur des défenseurs Jean-Jacques Daigneault a eu un entretien avec Subban, au cours de la séance d'entraînement facultative de l'équipe. Subban n'a pas voulu en préciser la teneur. Mais Daigneault lui a sans doute rappelé l'importance de maîtriser ses émotions, ce qu'il n'a pas fait dimanche.

Devant la presse, Therrien s'est porté à la défense de Subban en accusant les Sénateurs de trop le malmener, ainsi que Brendan Gallagher.

«Brendan et P.K. sont victimes d'abus. Ils reçoivent plusieurs coups qui sont impunis. à un moment donné, ils en ont ras le bol et ils décident de se faire justice eux-mêmes.»

Il s'est attardé au cas de Gallagher, qui provoque tout de même des pénalités en raison de sa grande fougue.

«'Tabaslak' qu'il encaisse des coups celui-là, a-t-il lancé. Sur sept qu'il reçoit, on en pénalise peut-être deux. Mais ça ne signifie pas que les cinq autres sont légaux.»

Desharnais repentant

David Desharnais n'en mène pas large dans l'entourage de l'équipe et il ne se défile pas pour dire qu'il doit en faire davantage.

«Cent pour 100 d'accord, je dois être meilleur, a-t-il admis. Ça n'a rien à voir avec les Sénateurs, c'est à notre trio d'être meilleur. Personnellement, je dois être meilleur, je le sais, et le serai mardi.»

Therrien a avancé que Desharnais doit s'impliquer plus et être davantage en mouvement.

«Il est trop hésitant. Pour être efficace, il doit patiner davantage et provoquer des choses, faire des jeux. La pression ne devrait pas l'affecter.»

Therrien a finalement coupé court aux spéculations au sujet de la possibilité qu'il puisse remplacer Carey Price devant le filet.

«Êtes-vous sérieux?», a-t-il lancé au journaliste qui a soulevé la question.

PLUS:pc