NOUVELLES
06/05/2013 05:57 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

Asie: un simple désinfectant pour arrêter la propagation de la grippe aviaire H5N1

Alamy

Les marchés aux volailles vivantes en Asie peuvent être des foyers actifs du virus H5N1 de la grippe aviaire mais de simples mesures telles la désinfection des camions et des équipements pourraient arrêter la propagation du pathogène, affirment lundi des chercheurs.

Une équipe de chercheurs français, britanniques et vietnamiens a interrogé des vendeurs sur ces marchés dans le nord du Vietnam et déterminé comment l'infections pouvait se répandre même dans des zones reculées.

L'abattage des volailles ou la fermeture des marchés sont inefficaces, affirment-ils dans une étude publiée dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

"Mais des désinfections quotidiennes de seulement quelques marchés de volailles vivantes et des véhicules de transport suffit", selon ces scientifiques.

Des désinfections tous les jours ont réduit l'ampleur d'une épizootie moyenne de 80 à 89%, ont-ils déterminé.

Une désinfection tous les deux jours a été moins efficace, réduisant la propagation de l'infection d'environ 30% seulement.

Les principaux avantages de cette approche sont son bas coût et la facilité de suivre les mouvements des marchands, souligne Guillaume Fournie, de l'Université de Londres, un des auteurs de la recherche.

On a dénombré 566 cas confirmés d'infection humaine avec H5N1 depuis 2003 dont 332 décès, soit un taux de mortalité de 58%, selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

La Chine s'efforce actuellement de contenir le nouveau virus H7N9 de la grippe aviaire, qui n'avait jamais jusqu'alors été transmis des volailles à l'homme et qui a déjà fait 27 morts dans le pays depuis deux mois.

L'OMS a affirmé qu'il n'y avait pas eu à ce jour de transmission entre humains de H7N9, qui, met en garde l'organisation, est l'un des virus de la grippe les plus mortels, pressant les visiteurs en Chine d'éviter les marchés aux volailles vivantes.

Sur les quelque 120 personnes infectées depuis la fin mars en Chine, dont un en dehors du pays à Taiwan, 27 sont décédées, soit un taux de mortalité de 22%.