NOUVELLES

Soldats et insurgés se livrent une lutte mortelle dans les montagnes du Pakistan

05/05/2013 06:58 EDT | Actualisé 05/07/2013 05:12 EDT

DERA ISMAIL KHAN, Pakistan - Des opérations militaires et des attaques d'insurgés dans des districts non contrôlés du Pakistan ont fait huit morts chez les forces de sécurité, dimanche, en plus de 30 victimes du côté des militants et des suspects présumés, ont annoncé des responsables.

Deux soldats et 16 militants ont été tués dans des heurts dans la région tribale de Khyber, dans le nord-ouest du pays, a précisé l'armée par voie de communiqué. Trois autres soldats ont été blessés dans ce district montagneux éloigné, situé près de la frontière afghane.

L'armée a lancé une offensive, le mois dernier, dans cette zone, ciblant les talibans pakistanais et un groupe de leurs alliés, Lashkar-e-Islam. Le communiqué de l'armée stipule que les plus récents combats ont forcé les militants à fuir deux de leurs refuges, laissant derrière eux une importante cache d'armes et des munitions.

Dans la région tribale du Waziristan du Nord, un autre district du nord-ouest voisin de l'Afghanistan, une attaque contre un convoi a tué deux soldats et en a blessé trois, ont mentionné deux responsables des services de renseignement pakistanais.

Cette région tribale abrite des groupes de militants pakistanais et afghans, y compris des organisations liées à Al-Qaïda possédant un nombre relativement important de combattants étrangers. L'armée y effectue des opérations contre les insurgés, infligeant des pertes, mais ne les empêchant pas de répliquer avec des bombes sur les routes et des embuscades visant les soldats, les milices pro-gouvernementales, les politiciens anti-militants et d'autres personnes.

Également dimanche deux membres d'une force paramilitaire ont été tués dans des heurts dans le district de Bolan, dans la province du Balouchistan (sud-ouest), a annoncé le responsable gouvernemental Waheed Shah. Il a également indiqué que 13 «criminels» soupçonnés de cambriolages et d'enlèvements avaient eux aussi été tués.

PLUS:pc