NOUVELLES

Les avocat demandent la libération d'un homme ayant menti aux enquêteurs

05/05/2013 11:38 EDT | Actualisé 05/07/2013 05:12 EDT

BOSTON - Les avocats d'un jeune homme accusé d'avoir menti aux enquêteurs à la suite de l'attentat survenu au marathon de Boston demandent sa libération, affirmant qu'il n'est pas impliqué dans ces deux explosions et qu'il ne risque pas de fuir à l'étranger.

Robel Phillipos, un jeune homme de 19 ans, de Cambridge, au Massachusetts, comparaîtra devant la cour, lundi, afin de déterminer s'il doit être libéré. Ses avocats ont indiqué que les accusations d'avoir donné des témoignages divergents aux enquêteurs sont «réfutables».

Selon Derege Demissie et Susan Church, Robel Phillipos est un jeune homme de 19 ans, effrayé et confus, qui a été soumis à d'intenses interrogatoires, sans les conseils d'un avocat, à la suite d'un des pires attentats commis aux États-Unis. «Le poids du gouvernement fédéral dans de telles circonstances a eu un effet dévastateur sur l'habileté d'un adolescent à résister à une telle pression et à réagir de façon rationnelle», ont écrit les avocats.

Phillipos a été accusé la semaine dernière d'avoir menti aux enquêteurs au sujet d'une visite qu'il aurait faite au suspect Dzhokhar Tsarnaev, le 18 avril, trois jours après les attentats. Deux autres amis ont été accusés d'avoir comploté pour commettre une obstruction de la justice en s'emparant d'un sac à dos et un ordinateur appartenant à Tsarnaev.

Selon ses avocats, la présence de Phillipos à l'Université de Darmouth Massachusetts, le 18 avril, n'a été qu'une coïncidence. Il a pris un congé sabbatique en décembre et n'a pas parlé à Tsarnaev ou aux deux autres hommes depuis plus de deux mois.

Phillipos fait face à une peine d'emprisonnement maximale de huit ans et une amende de 250 000 $ s'il est reconnu coupable.

PLUS:pc