NOUVELLES

Élections en Malaisie: la coalition de longue date se maintient au pouvoir

05/05/2013 03:50 EDT | Actualisé 05/07/2013 05:12 EDT

KUALA LUMPUR, Malaisie - Le premier ministre malaisien Najib Razak a prêté serment lundi, au lendemain de la difficile victoire qui prolonge le règne ininterrompu de 56 ans du Front national à la tête du pays.

La Commission électorale de la Malaisie a rapporté que le Front national avait remporté dimanche les 133 des 222 sièges nécessaires pour obtenir la majorité parlementaire, une légère baisse par rapport aux 135 sièges qu'il détenait à la dissolution du Parlement.

L'alliance de trois partis d'opposition menée par Anwar Ibrahim en a gagné 89, et a même devancé le Front national au chapitre du vote populaire par quelque 400 000 voix, parmi les quelque 10,5 millions de votes enregistrés, selon plusieurs estimations indépendantes.

Le Front national n'a remporté que 5,24 millions de voix, contre 5,62 millions pour ses adversaires. Le Front national doit aussi largement sa victoire aux États de Sarawak, Sabah et Johor, des régions essentiellement rurales dont les habitants dépendent de la générosité du gouvernement pour survivre; ces trois États ont donné au Front national plus de la moitié de ses 133 sièges.

Les résidants de plusieurs régions urbaines — et surtout les Chinois qui forment le deuxième groupe ethnique en importance en Malaisie — ont fortement voté en faveur de l'opposition, témoignant de l'impopularité des mesures d'action positive adoptées par le gouvernement pour favoriser les Malaisiens.

Dans les minutes qui ont suivi la déclaration de victoire du Front national, des milliers de partisans de l'opposition malaisienne ont changé leur photo de profil sur leur compte Facebook, optant pour un noir complet en signe de consternation.

La commission a estimé que plus de 10 millions d'électeurs s'étaient prévalus de leur droit, soit un taux de participation de 80 pour cent, dans un pays où 13 millions de personnes sont enregistrées.

L'aura d'invincibilité qui entourait le Front national a été amoindrie ces cinq dernières années, alors que les trois principaux groupes d'opposition de la Malaisie se sont réunis sous une même bannière. Le parti a également fait l'objet de critiques croissantes quant à sa gestion autoritaire et sa complaisance.

M. Najib, qui a pris le pouvoir en 2009, a dû livrer une chaude bataille pendant la campagne électorale pour redorer le blason du Front national. Au cours des derniers mois, les autorités malaisiennes ont distribué de l'argent à des familles modestes et utilisé les médias pour attaquer l'opposition.

PLUS:pc