NOUVELLES

Québec solidaire présente sa vision de l'économie avec son Plan vert

04/05/2013 03:01 EDT | Actualisé 03/07/2013 05:12 EDT

À l'occasion de son congrès annuel à Montréal, Québec solidaire a représenté samedi son plan économique, qu'il appelle le Plan vert. Le parti affirme que ce plan de 10 milliards de dollars, axé principalement sur les énergies vertes et le transport collectif, pourrait permettre la création de 166 000 emplois en redistribuant plus équitablement la richesse du Québec.

Un texte d'Isabelle Maltais

En recentrant le mandat de la Caisse de dépôt vers des investissements utiles plutôt que « spéculatifs », en négociant mieux le prix des médicaments payés par le gouvernement pour les citoyens, en augmentant l'impôt payé par les entreprises et en luttant contre l'évasion fiscale, Québec solidaire dit être capable d'aller chercher l'argent nécessaire pour financer son plan, qu'il qualifie de tout à fait réaliste.

« Je pense que ce n'est pas irréconciliable du tout, sauf pour certains économistes de droite, l'Institut économique de Montréal, le Conseil du patronat et les chambres de commerce. Ça c'est sûr qu'ils ne seront pas d'accord avec nos propositions. Ils sont en désaccord avec nos propositions pas parce qu'elles sont déraisonnables, pas parce qu'on risque de perdre des emplois, mais parce qu'on atteint au profit excessif », a affirmé la députée de Gouin, Françoise David, en conférence de presse.

Quant au député de Mercier, Amir Khadir, il a mentionné qu'il était inacceptable que l'on tolère que les entreprises québécoises fassent 150 milliards de dollars de bénéfices et ne paient que 3,3 milliards en impôts, soit 2 %, un chiffre qui provient des dernières statistiques fiscales disponibles, a-t-il indiqué.

M. Khadir a aussi donné l'exemple de la taxe sur le capital des entreprises, éliminée en 2007 par le gouvernement du Parti libéral.

« C'était censé aider surtout les petites entreprises, mais on s'est aperçus que ce sont les grosses firmes de finance et les banque qui en ont bénéficié. Donc, en rétablissant juste la taxe sur le capital de ces entreprises, comme elles la payaient avant sans grand problème, c'est 800 millions de dollars de plus dans les coffres », a-t-il expliqué.

Plusieurs propositions « viables et réalistes »

Le projet le plus ambitieux du Plan Vert est un investissement massif dans le transport collectif, de 5 milliards de dollars sur cinq ans. Ce projet prévoit entre autres de relier toutes les principales villes du Québec par transport collectif et de créer un lien haute vitesse entre Montréal et Québec.

Québec solidaire vise également à augmenter les investissements dans les services publics.

« Il faut arrêter de voir ça comme une dépense. Ça crée des emplois. C'est économiquement rentable pour le Québec d'investir dans les services publics, en plus d'assurer la justice sociale », a lancé Mme David.

Le revenu minimum garanti, les économies d'énergie, le développement de l'économie sociale et l'augmentation des redevances minières et sur l'eau, qui atteindraient 2 milliards sous Québec solidaire, font aussi partie du plan.

Lors de la conférence de presse, Françoise David n'a pas manqué d'égratigner au passage le Parti québécois, dont elle fait un bilan très négatif de ses premiers mois au pouvoir. Elle a ainsi réitéré que Québec solidaire voulait se positionner comme « une alternative politique sérieuse, novatrice, audacieuse, de gauche, mais aussi crédible ».

PLUS:rc