POLITIQUE

Congrès de Québec solidaire: présentation du plan économique, Plan Vert

04/05/2013 05:05 EDT | Actualisé 04/07/2013 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Québec solidaire a profité de son congrès annuel, samedi à Montréal, afin de présenter son plan économique, baptisé le Plan Vert.

Misant principalement sur les énergies vertes et le transport collectif, le parti a l'ambition de créer pas moins de 166 000 nouveaux emplois «stables et bien rémunérés», et ce sur une période de cinq ans.

En entrevue avec La Presse Canadienne samedi matin, la députée de Gouin et porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, a précisé que le plan de son parti se chiffrait à quelque 10 milliards $.

«Nous voulons accélérer les investissements en transport collectif, et ici on parle véritablement de 5 milliards $ sur cinq ans, ainsi que d'un système de transport en commun dans toutes les villes québécoises et d'un train haute-vitesse entre Montréal et Québec», a souligné Mme David.

Québec solidaire créerait également un vaste chantier d'économie d'énergie, partout en province, afin d'améliorer la consommation des bâtiments institutionnels, a indiqué Mme David, ajoutant que ce genre de projets aura l'avantage de créer des emplois partout au Québec plutôt que de restreindre le bassin des travailleurs dans quelques régions.

Dans le cadre de son Plan Vert, le parti veut aussi réduire de 20 pour cent les subventions au secteur privé, s'attaquant à celles versées aux grandes entreprises pour favoriser les PME, les coopératives et les entreprises d'économie sociale.

Selon la porte-parole, trop d'argent est versé aux grandes sociétés, qui n'en ont pas réellement besoin puisqu'elles finissent par payer très peu d'impôts, alors que les entreprises de plus petite taille ont un potentiel intéressant au niveau de la création d'emplois, particulièrement pour les femmes.

«Il leur reste quand même 80 pour cent de subventions. L'idée n'est surtout pas de tuer les entreprises privées, bien au contraire, mais nous voulons plutôt appuyer les petites entreprises et celles d'économie sociale», a-t-elle renchéri, mentionnant du même souffle que Québec solidaire n'était pas opposé à l'exploitation minière, à condition que cela se fasse dans une démarche plus «patiente».

«Ce que les multinationales recherchent, c'est le profit immédiat sans réflexion environnementale et sociale. Nous, ce que nous disons, c'est que nous pouvons avoir un développement plus lent, plus patient, et des redevances qui seraient utiles pour tout le Québec», a indiqué Mme David.

Par ailleurs, l'annonce du gouvernement Marois sur les redevances minières, prévue lundi, sera sans doute très éloignée des engagements pris pendant la campagne électorale, a-t-elle poursuivi.

Quant aux paradis fiscaux, qualifiés de «vaste chantier» par la porte-parole, Québec solidaire propose de taxer l'entreprise qui aurait planqué ses profits à l'abri du fisc canadien. Il faudra que des concertations soient tenues entre les gouvernements à ce sujet, a dit Mme David, afin qu'ils puissent imposer leur volonté aux grandes entreprises. Les autres partis, selon elle, ne proposent d'ailleurs rien de mieux que le Parti québécois en matière de justice fiscale et de redevances minières.

Québec solidaire a choisi d'axer son congrès, qui prendra fin dimanche, sur le dévoilement de son plan économique, un sujet qualifié de très important par Mme David.

«Et c'est peut-être parce qu'on nous attend moins sur ce terrain-là. Nous en avions déjà un peu parlé lors de la dernière campagne électorale, mais nous estimons important de revenir là-dessus, car il faut que la population comprenne que nous avons des idées pour un développement économique intelligent et patient.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Grand rassemblement de Québec solidaire en 2012