NOUVELLES

Canadiens de Montréal: Gionta et Pacioretty sur la glace dimanche?

04/05/2013 02:56 EDT | Actualisé 04/07/2013 05:12 EDT
Getty Images
MONTREAL, CANADA - MAY 3: Daniel Alfredsson #11 of the Ottawa Senators stick handles the puck against Travis Moen #32 and Josh Gorges #26 of the Montreal Canadiens in Game Two of the Eastern Conference Quarterfinals during the 2013 NHL Stanley Cup Playoffs at the Bell Centre on May 3, 2013 in Montreal, Quebec, Canada. (Photo by Francois Laplante/Freestyle Photo/Getty Images)

BROSSARD, Qc - Depuis le début des séries, Paul MacLean n'a cessé de marteler que le Canadien est le grand favori pour l'emporter et que ses protégés sont les négligés. Après la défaite de 3-1 subie vendredi, l'entraîneur-chef et quelques joueurs des Sénateurs ont voulu remettre de la pression sur le Tricolore en rappelant qu'ils avaient fait leur travail en divisant les honneurs des deux premières rencontres, à Montréal, et qu'ils disposaient maintenant de l'avantage de la patinoire alors que la série se transporte à Ottawa.

Michel Therrien comprend le jeu des Sénateurs, mais il n'est pas d'accord avec eux.

«Dans les séries éliminatoires, il ne faut pas que tu regardes trop loin en avant et il ne faut pas non plus que tu regardes en arrière, a expliqué l'entraîneur-chef du Canadien. Le passé va t'apporter une certaine confiance, mais ce qui est important dans les séries, pour nous, c'est le moment présent. C'est un match. C'est aujourd'hui, notre préparation pour le match de demain. Pas plus loin que ça.»

Même son de cloche du côté du joueur de centre David Desharnais.

«Ça change vite dans les séries. Ils sont venus chercher un match chez nous, nous avons rebondi hier. Il faut juste continuer dans le même sens. L'avantage de la glace, ça change tout le temps.»

Quant aux propos de Daniel Alfredsson, qui croit maintenant que les Sénateurs occupent le siège du conducteur, Desharnais ne s'en soucie guère.

«Tant mieux s'ils pensent ça, a-t-il dit, sourire aux lèvres. On se sent autant dans le 'driver's seat' qu'eux peuvent se sentir.»

Le Canadien pourrait bien ne pas se sentir en territoire hostile à Ottawa, où plusieurs de ses partisans — de la région de Gatineau ou de l'Est de l'Ontario — font toujours le trajet pour aller l'encourager.

«Je ne sais pas de quoi ça aura l'air en séries, parce que nous ne les avons jamais affontés, mais je sais qu'en saison régulière, nous avons toujours plusieurs de nos partisans dans les estrades, a déclaré Josh Gorges. J'imagine que ce sera la même chose.»

«Il y a toujours beaucoup de partisans du Canadien, alors on se sent un petit peu comme à la maison», a pour sa part indiqué Desharnais.

Gionta et Pacioretty des cas incertains

Par ailleurs, Brian Gionta et Max Pacioretty représentent des cas incertains pour cette première rencontre à Ottawa. Les deux hommes ont raté la victoire de 3-1 signée vendredi par le Canadien en raison de blessures non précisées au haut du corps.

Les deux attaquants ont pris part à l'entraînement facultatif de samedi après-midi, en compagnie des réservistes de l'équipe, mais n'ont pas rencontré les représentants des médias. Ils accompagneront néanmoins l'équipe et prendront part à l'entraînement matinal du Canadien. Une décision quant à leur présence dans la formation pour la rencontre sera prise à la suite de cette séance.

«On n'en sait pas plus sur leur condition, a noté Therrien. On en saura peut-être davantage demain.»

Colby Armstrong et Jeff Halpern ont pris leur place dans la formation pour le deuxième match de cette série. Ils n'ont pas pris part à l'entraînement de samedi.

L'organisation n'avait pas d'autre nouvelle à communiquer sur l'état de santé de Lars Eller, blessé dans le premier match de la série. Souffrant d'une commotion cérébrale, d'une fracture du nez et de dents cassées, Eller est au repos complet chez lui et on ne sait pas quand il sera en mesure d'effectuer un retour au jeu.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le Canadien gagne 3-1!