NOUVELLES

Arabie saoudite: les filles pourront pratiquer des sports à l'école

04/05/2013 06:55 EDT | Actualisé 04/07/2013 05:12 EDT

RIYAD, Arabie saoudite - Les filles vivant en Arabie saoudite pourront, pour la première fois, pratiquer des sports dans des écoles privées, selon une décision annoncée samedi.

Il s'agit du plus récent geste à être posé dans le cadre d'une série de réformes croissantes visant à lentement accroître les droits des femmes dans ce royaume ultraconservateur.

Selon l'agence de presse officielle SPA, les écoles privées pour filles peuvent désormais organiser des activités sportives en respect de la charia, la loi islamique. Les élèves doivent respecter les codes vestimentaires «de décence» et les enseignantes auront la priorité pour superviser les activités, selon les exigences du ministère de l'Éducation.

Cette décision fait de nouveau du sport une plateforme pour l'amélioration des droits des femmes, près d'un an après que deux athlètes saoudiennes ont eu la permission de participer aux Jeux olympiques, un événement sans précédent dans ce pays.

La professeure Aziza Youssef, de l'Université King Saud, dit voir la décision sur les sports dans les écoles privées comme faisant partie d'un groupe de réformes plus vastes ciblant les femmes, mais que le maintien de certaines restrictions sportives étaient toujours une preuve de discrimination laissant un impact négatif sur la santé des femmes.

Le gouvernement avait précédemment discrètement toléré des cours d'éducation physique dans certaines écoles privées, mais aucun programme définitif n'a été officiellement établi.

Aux dires de Mme Youssef, la décision touchant les écoles privées devrait rapidement se répandre aux écoles privées et aux universités, où les hommes et les femmes sont également séparés.

Le gouvernement saoudien est impliqué dans les écoles privées, fournissant des manuels et des directeurs.

En Arabie saoudite, les sports pour les femmes sont majoritairement un passe-temps destiné aux élites qui peuvent se payer de coûteux abonnements dans des clubs de santé. Ceux-ci sont souvent rattachés à des hôpitaux, puisque les gymnases pour femmes ont été fermés en 2010 pour cause d'exploitation sans permis.

Les athlètes féminines sont dans l'incapacité de s'inscrire à des clubs sportifs ou dans des compétitions. Elles ne peuvent pas non plus participer à des compétitions nationales, ce qui les empêche de se qualifier à l'échelle internationale.

PLUS:pc