NOUVELLES

Wall Street: le Dow Jones dépasse pour la première fois 15.000 points

03/05/2013 11:05 EDT | Actualisé 03/07/2013 05:12 EDT

L'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones, a dépassé pour la première fois vendredi la barre des 15.000 points en cours de séance, dans un marché dopé par l'annonce d'une baisse inattendue du chômage aux Etats-Unis.

Vers 14H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average avançait de 1,17% ou 173,92 points à 15.005,50 points.

Le Nasdaq, à dominante technologique, gagnait 1,36% ou 45,42 points à 3.386,05 points.

L'indice élargi S&P 500, le plus regardé par les investisseurs américains, s'adjugeait 1,25% (+20,03 points), à 1.617,62 points, se hissant pour la première fois au-dessus de la barre des 1.600 points.

Wall Street avait déjà été encouragée la veille par la décision de la Banque centrale européenne (BCE) d'abaisser son principal taux directeur et par une autre bonne nouvelle sur le front de l'emploi: le Dow Jones avait grimpé de 0,89% à 14.831,58 points, le Nasdaq de 1,26% à 3.340,62 points, et le S&P 500 avait battu un nouveau record, à 1.597,59 points.

Et vendredi les indices étaient tirés à la hausse après la publication du rapport mensuel officiel sur le marché du travail aux Etats-Unis, très attendu au vu de la diffusion ces dernières semaines de plusieurs indicateurs maussades sur l'économie des Etats-Unis.

Les investisseurs ont été positivement surpris par la baisse en avril de 0,1 point du chômage, qui s'est établi à 7,5%, soit son plus bas niveau depuis décembre 2008.

Dans le même temps, le solde net des créations d'emplois s'est affiché à 165.000, dépassant les prévisions du marché.

Ces chiffres indiquent que "la période de ralentissement de la croissance dans laquelle est entrée l'économie américaine à la fin du premier trimestre relève plus d'une pause temporaire que du début d'une pente descendante", a remarqué Harm Bandholz d'UniCredit Economics.

Plusieurs analystes notaient toutefois quelques signes de faiblesse dans le rapport officiel, comme la hausse des personnes travaillant à mi-temps pour des raisons économiques.

"Il manque encore une amélioration plus solide et plus durable des embauches nettes", selon M. Bandholz.

jum/sl/lor

PLUS:afp