NOUVELLES

Un cinquième pavillon «du 21e siècle» au Musée des beaux-arts de Montréal

03/05/2013 01:00 EDT | Actualisé 03/07/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le prochain pavillon du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), qui sera inauguré à l'occasion du 375e anniversaire de la métropole, permettra à l'institution d'entrer de plain-pied dans le 21e siècle, a soutenu la directrice et conservatrice en chef Nathalie Bondil.

Les plans de ce cinquième pavillon, qui aura pignon sur la rue Bishop, ont été dévoilés vendredi en présence de la première ministre Pauline Marois, du président du MBAM et de Mme Bondil. Cette dernière n'a pas tari d'éloges sur ce projet «résolument novateur» né de l'imagination de l'architecte Manon Asselin, qui prenait également part à l'annonce.

«Ça a été une séduction immédiate, pas simplement du point de vue de l'esthétique proposée, mais vraiment parce que (le pavillon) répondait parfaitement à la vision que nous avions de ce qu'était un musée au 21e siècle», a exposé Nathalie Bondil, selon qui l'expérience muséale a grandement évolué au fil des décennies.

«On n'est plus dans un lieu qui est un inventaire d'objets, on n'est plus dans un lieu uniquement d'érudition, on est aussi dans un lieu de partage d'émotions, un lieu de bien-être. L'art fait du bien», a-t-elle suggéré.

Le jury a sélectionné à l'unanimité les lauréats de ce concours architectural lancé en décembre 2012 par le ministre de la Culture Maka Kotto.

Vêtu «d'une dentelle de pierre», le bâtiment abritera la collection — des maîtres anciens à l'art moderne — enrichie d'une très importante donation de quelque 80 oeuvres offertes par les mécènes Michal et Renata Hornstein. Des espaces seront également consacrés à la mission éducative et communautaire du musée.

Pauline Marois s'est réjouie de voir Montréal, ville UNESCO du design, se doter d'un tel bâtiment.

«Vous avez imaginé un bâtiment de grand prestige, il est spectaculaire, mais élégant. Il est audacieux, mais noble», a-t-elle affirmé en s'adressant à Manon Asselin.

«La seule vue des images de ce nouveau pavillon m'émeut», a poursuivi la première ministre.

Même si les finances sont précaires à Québec, le gouvernement n'a pas hésité à délier les cordons de sa bourse, investissant 18,5 millions $ pour la construction du pavillon. Mais le jeu en vaut la chandelle, a assuré la leader péquiste.

«Les temps sont difficiles, nous devons nous montrer responsables, mais ici, on bâtit sur du solide. C'est une construction qui va durer (...) Pour Montréal, c'est un nouveau bâtiment qui marquera son paysage et qui la rendra encore plus belle. Et pour tout le Québec, c'est l'édification d'une métropole culturelle qui fait notre fierté et dont le rayonnement rejaillit sur nous tous.»

Le secteur privé contribue à hauteur de 85 pour cent de l'ensemble de la valeur du projet, ce qui inclut la valeur du don de la collection Hornstein.

Le Pavillon 5 du MBAM sera réalisé conjointement par Manon Asselin Architecte et Jodoin Lamarre Pratte Architectes. Il doit ouvrir ses portes en 2017.

Les cinq pavillons du campus muséal, de même que les Studios Art & Éducation Michel de la Chenelière et la salle de concert Bourgie, communiqueront tous entre eux par des galeries souterraines. Un lien aérien reliera aussi l'un des niveaux du Pavillon 5 et la verrière du Pavillon Jean-Noël Desmarais, au troisième niveau.

PLUS:pc