NOUVELLES

Les 50 ans de Matagami : l'histoire d'une ville minière

03/05/2013 02:03 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

Fondée le 31 mars 1963, Matagami doit son origine à l'exploration minière. La ville fait partie de la région administrative du Nord-du-Québec. Située au 49e parallèle, elle est considérée comme la porte de la baie James.

Matagami compte actuellement moins de 2000 citoyens. Le mot Matagami veut dire en langue crie « la rencontre des eaux ». Les Autochtones utilisaient ce nom pour identifier le lac Matagami, point de rencontre des rivières Allard, Bell et Waswanipi.

Cette année, la ville minière fête ses 50 ans. Certaines familles que l'on retrouve à Matagami se sont installées sur le territoire avant même que la ville soit fondée officiellement. C'est le cas de la famille d'Estelle Larivière. Fondatrice du Lave-auto Matagami (Shell), elle en a été la propriétaire jusqu'en 1990.

Les folles années de la baie James

En 1965, les travaux de la baie James commencent. Ce mégaprojet hydroélectrique est au coeur de l'essor économique de Matagami au début des années 1970. Plusieurs jeunes hommes s'installent à Matagami pour y travailler. C'est le cas de Claude Nicolas, arrivé en 1973. Tout en occupant divers emplois, Claude Nicolas a présidé l'Association du hockey mineur de Matagami pendant 15 ans et a développé le hockey féminin en région. Il a également occupé le poste de conseiller municipal et est le propriétaire d'un restaurant. 

L'évolution d'une ville isolée

Au cours de ses 50 ans d'histoire, Matagami a vu ouvrir et fermer 12 mines sur son territoire ou à proximité. Robert Labelle, arrivé à Matagami en 1974, a été maire de la municipalité pendant 20 ans. Il a été témoin de l'essor économique de la ville, mais aussi des hauts et des bas liés au cycle minier.

PLUS:rc