NOUVELLES

Le pétrole dopé à l'ouverture à New York par la baisse du chômage américain

03/05/2013 09:27 EDT | Actualisé 03/07/2013 05:12 EDT

Le pétrole coté à New York poursuivait son rebond vendredi en début de séance, vivifié par l'annonce d'une baisse inattendue du chômage aux Etats-Unis en avril qui rassurait le marché sur les perspectives de consommation de brut dans le pays.

Vers 13H10 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juin avançait de 1,05 dollar par rapport à la clôture de jeudi sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), à 95,04 dollars.

Le cours de l'or noir avait déjà bondi la veille de près de 3 dollars grâce à la décision de la Banque centrale européenne (BCE) d'abaisser son principal taux directeur et à l'annonce d'une baisse des nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

Et il a reçu un nouveau coup de fouet vendredi après la publication, très attendue par le marché, du rapport mensuel officiel sur le marché du travail dans le pays qui a fait état d'une baisse du chômage aux Etats-Unis en avril à son plus bas niveau depuis décembre 2008.

Selon le département du Travail, le taux de chômage officiel a encore reculé de 0,1 point le mois dernier pour s'établir à 7,5% alors que les analystes tablaient sur une stagnation.

Dans le même temps, le solde net des créations d'emplois s'est affiché à 165.000, dépassant les prévisions du marché.

"Ces chiffres, qui sont supérieurs aux attentes, sont sans conteste ce qui fait grimper le prix du brut ce matin", a remarqué Bart Melek, de TD Securities.

"Ils traduisent le fait que l'économie américaine n'est pas en aussi mauvaise passe qu'on le pensait en ce début de deuxième trimestre" alors que beaucoup redoutaient les conséquences des coupes budgétaires imposées au pays depuis début mars, a-t-il expliqué.

Cette bonne nouvelle rassérénait les investisseurs sur les perspectives de demande énergétique dans le pays.

Robert Yawger, de Mizuho Securities USA, faisait par ailleurs remarquer que le centre du pays était affecté par "une grosse tempête de neige" et que des "records de basses températures à cette période de l'année" avaient été observés dans plusieurs Etats, des événements de nature à faire monter la consommation énergétique.

jum/sl/lor

PLUS:afp