NOUVELLES

Le Dix30 : une popularité sans cesse grandissante

03/05/2013 04:19 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

Le Quartier Dix30 à Brossard, sur la Rive-Sud de Montréal, qui réunit des magasins dans un concept urbain, est en train de devenir une véritable ville.

En seulement sept ans, le Dix30 a connu une expansion que même les promoteurs n'avaient pas prévue. Au terme de son développement, le Dix30 comptera près de 3 millions de pieds carrés de boutiques, de magasins à grande surface, de bars et de restaurants, de cinémas, de salles de spectacle, et on croit que l'achalandage pourrait dépasser les 20 millions de visiteurs, l'équivalent de l'affluence touristique à Montréal au cours d'une année.

« On s'est aperçu qu'on allait chercher une clientèle beaucoup plus loin qu'on pensait. On va jusqu'à Sherbrooke, on va jusqu'à Sorel, on va jusqu'aux lignes américaines », indique Jean-François Breton, vice-président chez Devimco, le promoteur du projet.

Certains Montréalais traversent aussi le pont Champlain pour magasiner au Dix30, entre autres en raison de la disponibilité et de la gratuité des stationnements, délaissant, en particulier, le Plateau Mont-Royal.

« Le Plateau s'affaiblit, les raisons sont connues. Difficulté d'accès, de stationnement, mauvaise réputation. Les gens ne veulent plus y aller », commente Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

La perte de popularité du Plateau Mont-Royal ne semble toutefois pas inquiéter le maire de l'arrondissement, Luc Ferrandez.

« Que Laval, que la Rive-Sud se développe, c'est très bien. C'est comme ça. Que les gens n'aient pas à faire 40 km pour aller chercher du pain et du fromage parce qu'il y a juste une place qui en vend. Ça n'a pas d'allure », dit-il.

Un développement qui se poursuit

Selon Daniel Gill, professeur d'urbanisme à l'Université de Montréal, le Dix30 pourrait devenir un véritable centre-ville, mais pas avant une trentaine d'années. Les promoteurs songent d'ailleurs déjà à y installer des parcs et des pistes cyclables.

« Peut-être qu'un jour il va y avoir un cégep, une université, des bibliothèques, des équipements publics, des services de santé. C'est encore beaucoup des équipements commerciaux, mais c'est sûr qu'à terme, il y a d'autres joueurs qui vont vouloir être là, parce que ça va être la destination de la Rive-Sud », pense-t-il.

Pour le moment, des tours à bureaux ont commencé à pousser de part et d'autre de l'autoroute 10.

Et lorsque le pont Champlain sera remplacé, un système léger sur rail devrait relier le Dix30 au réseau de transport en commun de la métropole, ce qui pourrait attirer encore plus de gens vers la Rive-Sud.

Mais tout cela n'effraie pas la communauté d'affaires de Montréal.

« À New York, vous avez Jersey City de l'autre côté qui n'empêche pas New York de demeurer New York avec son dynamisme. Le centre Bell va rester au centre-ville, la Maison symphonique, la Place des Arts », énumère Michel Leblanc.

D'ailleurs, Montréal ne peut qu'accepter le fait qu'il commence à y avoir de l'activité dans ses banlieues, qui vont bientôt avoir le même poids démographique que la ville centre. D'après un reportage de Philippe-Antoine Saulnier

PLUS:rc