NOUVELLES

Le cinéma indien célèbre ses 100 ans d'existence

03/05/2013 12:22 EDT | Actualisé 03/07/2013 05:12 EDT

NEW DELHI - Quatre grands cinéastes indiens se sont réunis pour créer «Bombay Talkies», une série de courts métrages qui a pris l'affiche vendredi afin de souligner le 100e anniversaire du cinéma indien.

Le premier long métrage de l'Inde, «Raja Harishchandra», est sorti en 1913. Son producteur et réalisateur, Govind Phalke, est considéré comme le père du cinéma indien.

Les quatre cinéastes derrière «Bombay Talkies» sont Karan Johar, Anurag Kashyap, Zoya Akhtar et Dibakar Banerjee. Si le premier est réputé pour ses films d'amour fantaisistes remplis de numéros de danse et de chansons, les trois autres sont connus pour leurs oeuvres plus réalistes.

Les quatre courts métrages lancés vendredi mettent en scène plusieurs vedettes de Bollywood, dont le légendaire Amitabh Bachchan, Aamir Khan, Rani Mukherji et Katrina Kaif.

«Bombay Talkies» traite de divers sujets comme les dilemmes d'un couple marié, les difficultés d'un acteur raté qui tente de survivre et les rêves d'un jeune garçon à propos d'une star de cinéma.

«Raja Harishchandra» était un film muet. Le premier film parlant indien, «Alam Ara», est sorti en 1931.

L'Inde est devenu le plus important producteur de films au monde, avec près de 1500 titres par année selon les données de la firme comptable KPMG.

Le cinéma indien a des adeptes partout à travers le monde, plus particulièrement au sein de la diaspora sud-asiatique.

Il n'est pas rare aujourd'hui que les grands films indiens prennent l'affiche en Inde et à l'étranger la même journée.

PLUS:pc