NOUVELLES

Des chercheurs font voler un robot de la taille d'une mouche

03/05/2013 02:43 EDT | Actualisé 03/07/2013 05:12 EDT

Des chercheurs américains ont fait voler un robot de la taille d'une mouche, un engin qui pourrait peut-être un jour effectuer certaines missions d'observation et de secours dans des lieux difficiles d'accès.

Le "robot-mouche" est fait de fibres de carbone, pèse une fraction de gramme et est doté de "muscles" électroniques capables de faire battre ses ailes 120 fois par seconde, précisent ces scientifiques dont l'invention est détaillée dans la revue américaine Science datée du 3 mai.

Ce mini-robot volant est le résultat d'avancées techniques et d'innovations dans la micro-fabrication ainsi que dans les systèmes de contrôle miniatures développés ces dernières années par des chercheurs à l'Université de Harvard (Massachusetts, nord-est).

Il s'agit du premier robot de ce type et il a fallu pour le fabriquer utiliser de nouvelles techniques de propulsion, de contrôle et de production, précisent ces chercheurs.

Pour les ailes, ils ont eu recours à des microstructures composites et à des matériaux dit piézoélectriques, capables de convertir une charge électrique en un mouvement mécanique.

Le "robot-mouche" n'a pas de source d'énergie autonome ni de contrôle intégré et est relié à un fil qui transmet l'électricité nécessaire pour actionner ses ailes et les commandes d'un ordinateur pour les manoeuvres de vol.

La consommation d'électricité, estimée à environ 19 milliwatts, correspond à ce qu'utilisent des insectes de cette taille.

Ces avancées offrent un nouveau moyen d'étudier la mécanique du battement d'ailes et de contrôle à l'échelle des insectes et elle pourrait servir selon les chercheurs à de futures études sur des moteurs miniaturisés et de nouveaux capteurs pour notamment aider les insectes pollinisateurs comme les abeilles.

Les mouches sont capables d'effectuer des manoeuvres en vol qui sont uniques et sophistiquées pour par exemple éviter la frappe d'une tapette ou se poser sur une plante quand le vent souffle.

"Les mouches effectuent des manoeuvres aériennes dans la nature qui sont étonnantes, et cela avec un cerveau minuscule", souligne Sawyer Fuller, un chercheur de l'Université de Harvard, un des co-auteurs qui a surtout étudié le vol des mouches dans le vent.

"Leurs capacités excèdent ce que nous pouvons faire avec notre robot et nous aimerions mieux comprendre leur biologie pour l'appliquer à notre recherche", ajoute-t-il.

Selon les auteurs, ce projet fournit une motivation commune chez les chercheurs et ingénieurs à l'Université de Harvard pour développer des batteries plus petites et concevoir des systèmes de contrôle plus efficaces ainsi que pour créer des matériaux plus résistants et plus légers.

js/bdx

PLUS:afp