NOUVELLES

Belgique: que faire des centaines d'euros trouvés dans la rue?

03/05/2013 10:27 EDT | Actualisé 03/07/2013 05:12 EDT

ZEDELGEM, Belgique - Les habitants de la petite ville de Zedelgem, en Belgique, sont fortement divisés quant à savoir s'ils doivent ou non garder les centaines d'euros que certains ont ramassé dans les rues il y a deux semaines.

L'affaire a débuté un samedi soir, quand des malfaiteurs pris en chasse par la police ont lancé par la fenêtre un coffre-fort qu'ils venaient de dérober. Réveillés par le bruit de la poursuite, les résidants de la ville ont rapidement constaté que le coffre s'était éventré, éparpillant au moins un million d'euros aux quatre vents.

«C'était une véritable tempête d'argent», s'est souvenu le maire de la ville, Patrick Arnou.

Tous les témoins, jeunes et moins jeunes, se sont rués dans la rue pour profiter de la manne. Une femme a même été aperçue utilisant un balai pour ramasser le plus d'argent possible.

Les policiers demandent maintenant aux citoyens de leur rendre l'argent, ce qui place les habitants de la ville face un dilemme difficile, puisque ceux qui décident de garder les euros risquent tout autant d'écoper de quelques années de prison que de s'enrichir.

L'événement a rendu les gens méfiants. Les voisins s'épient entre eux, pendant que les policiers vont de maison en maison pour demander aux résidants ce qu'ils ont fait — et ce qu'ils ont vu d'autres faire.

«Les gens ne parlent de rien d'autre en ville, a dit le maire Arnou. Même dans la rue, on ressent une certaine amertume.»

Les policiers qui avaient pris les malfaiteurs en chasse ont décidé de faire demi-tour pour venir récupérer l'argent. Dans certains cas, ils ont arraché les billets de banque des mains de ceux qui étaient encore dans la rue. M. Arnou indique qu'environ la moitié du butin a maintenant été retrouvée, mais le reste est toujours entre les mains de ceux qui ont pu s'en emparer.

Le maire se désole un peu de l'attitude de ses concitoyens. Après tout, a-t-il dit, l'argent appartient à des gens innocents à qui on a volé un million d'euros.

«Ce que nous avons vu est indécent», a-t-il dit.

Une fois l'euphorie du moment passée, certains en sont venus à la même conclusion et ont remis ce qu'ils avaient ramassé. En fin de journée mercredi, un couple est même parti d'Anvers, à 100 kilomètres de là, pour rapporter une somme de 16 200 euros.

M. Arnou a indiqué que ceux qui désiraient demeurer anonymes pouvaient déposer l'argent dans la boîte aux lettres devant l'hôtel de ville. Il n'en fallait pas plus pour attirer de nouveaux malfaiteurs, qui ont tenté de l'éventrer pour s'emparer de son contenu. Jeudi, M. Arnou était sur place pendant que des ouvriers s'affairaient à réparer les dommages.

L'affaire donne lieu à des discussions enflammées à Zedegem.

«Il y a des discussions musclées entre ceux qui croient que l'argent doit être rendu et ceux qui disent 'gardez ce que vous avez', a dit M. Arnou. Et on parle de discussions très vives, d'opinions très tranchées.»

Mais le procureur régional, Jean-Marie Berkvens, est clair: «Le crime de dissimulation frauduleuse est passible d'une peine de deux ans de prison», a-t-il prévenu.

Quoi qu'il en soit, les policiers font maintenant circuler une lettre réclamant le retour de l'argent et demandant aux citoyens de leur transmettre toute information concernant ceux qui auraient ramassé des euros.

Il n'y a pas de caméras de surveillance sur la rue en question et on ne sait pas si quelqu'un a capté des images à l'aide d'une caméra ou d'un téléphone intelligent. Tout cela ajoute au suspens pour le maire Arnou, mais les répercussions pourraient être graves.

«Pour l'instant, la police utilise la méthode douce, a-t-il dit. Mais une fois que tout le monde aura eu la chance de remettre l'argent, alors là les poursuites en justice vont commencer.»

PLUS:pc