NOUVELLES

L'ONU crée une nouvelle mission en Somalie pour soutenir le gouvernement

02/05/2013 02:31 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé jeudi de mettre en place une nouvelle mission de l'ONU en Somalie pour assister les autorités du pays dans la transition vers la démocratie et un Etat de droit.

La Mission d'assistance des Nations Unies en Somalie (Manusom) sera créée d'ici le 3 juin pour une période initiale de douze mois renouvelable.

Elle aura pour mandat de "soutenir le processus de paix et de réconciliation mené par le gouvernement fédéral somalien" et de lui fournir des "orientations et conseils stratégiques en matière de consolidation de la paix et d'édification de l'Etat".

Elle devra aussi "coordonner l'action des donateurs internationaux" et promouvoir le respect des droits de l'homme dans le pays, indique la résolution adoptée à l'unanimité par le Conseil. Celui-ci a souligné "les progrès considérables qui ont été accomplis en Somalie au cours de l'année écoulée".

La Manusom devrait compter environ 200 experts dans divers domaines (politique, finances, sécurité, droits de l'homme) et sera basée à Mogadiscio.

Elle coopérera avec l'Amisom, la force de 17.000 soldats africains financée par l'ONU qui a connu d'importants succès militaires contre le mouvement islamiste shebab. Celle-ci pourrait être transformée à terme en mission de maintien de la paix de l'ONU si les conditions de sécurité le permettent.

Pour l'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant, la Manusom "représente l'initiative la plus importante de l'ONU en Somalie depuis deux décennies". La mission "fournira cohérence et coordination au soutien international à la Somalie", a-t-il ajouté.

Pour le directeur pour l'ONU de Human Rights Watch Philippe Bolopion, "c'est l'occasion de rompre avec les violations massives des droits de l'homme et l'impunité" qu'a connues la Somalie. La Manusom "devrait déployer rapidement des observateurs des droits de l'homme" dans le pays, a-t-il souligné.

Après la chute du président Siad Barre en 1991, la Somalie a été livrée durant plus de 20 ans aux milices claniques, groupes islamistes et gangs criminels. L'élection en septembre du président Hassan Cheikh Mohamoud a suscité l'espoir de doter enfin le pays de véritables institutions pérennes.

avz/rap

PLUS:afp