NOUVELLES

L'euro baisse nettement face au dollar après des commentaires de Draghi

02/05/2013 02:48 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

L'euro baissait nettement face au dollar jeudi, après l'annonce par la Banque centrale européenne (BCE) de l'abaissement de son principal taux directeur et un commentaire de son président Mario Draghi, qui a affirmé garder "l'esprit ouvert" sur l'idée d'éventuels taux négatifs.

Vers 18H00 GMT (20H00 à Paris), l'euro valait 1,3063 dollar, contre 1,3180 dollars mercredi vers 21H00 GMT.

L'euro baissait également face à la monnaie nippone, à 128,13 yens contre 128,37 yens mercredi.

Le dollar progressait face à la monnaie japonaise, à 98,03 yens contre 97,40 yens la veille.

L'euro a trébuché juste après l'annonce par la BCE, largement anticipée par les marchés au vu du marasme économique persistant en zone euro, d'une baisse de son taux directeur à son plus bas niveau historique de 0,5%, avant de rebondir dans les minutes suivantes.

"De nombreux cambistes ont profité du bref plongeon de l'euro pour acheter de la monnaie européenne", a expliqué Kathleen Brooks, analyste chez Forex.com.

L'euro a ensuite rechuté alors que M. Draghi s'exprimait au cours d'une conférence de presse. Le responsable a notamment indiqué que la BCE poursuivrait ses opérations de prêts à taux fixe et montant illimité jusqu'à juillet 2014.

Le président de l'institution a aussi affirmé que la politique monétaire de l'institution resterait accommodante tant que cela serait nécessaire et que la BCE se tenait prête à agir de nouveau en cas de besoin, un commentaire qui a amorcé un accès de fébrilité des cambistes.

Mais la monnaie unique a surtout dégringolé sous 1,31 dollar lorsque M. Draghi a déclaré qu'il gardait un "esprit ouvert" vis-à-vis d'un éventuel taux négatif des dépôts au jour le jour --maintenu jeudi à 0%.

"Les marchés ont clairement été effrayés par le fait que la BCE, peut-être la plus traditionnelle des grandes banques centrales, considère une action aussi radicale qu'un taux d'intérêt négatif", a expliqué Yusuf Heusen, analyste chez IG Markets.

Les courtiers faisaient aussi part de leur déception. "Le marché attendait +plus+ des mesures non conventionnelles de soutien, sur lesquelles Draghi n'a pas sorti son joker", a remarqué Nicolas Chéron, analyste de FXCM.

Les cambistes continuaient par ailleurs à digérer la décision, annoncée mercredi, de la banque centrale américaine (Fed) de maintenir son soutien exceptionnel à l'économie des États-Unis en optant pour le statu quo sur son taux d'intérêt et sur son programme de rachats massifs d'actifs sur le marché, deux mesures de nature à diluer la valeur du billet vert.

Mais l'annonce d'une nouvelle baisse, inattendue, des nouvelles inscriptions au chômage aux États-Unis la semaine dernière à son plus bas niveau en cinq ans, a largement rasséréné les investisseurs.

acd-jum/sl/are

PLUS:afp