NOUVELLES

Hausse de la taxe scolaire de 14 % en Beauce

02/05/2013 11:17 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

Les contribuables subiront les contrecoups des compressions imposées à la Commission scolaire de Beauce-Etchemin. La hausse de la taxe scolaire atteindra 14 % pour la prochaine année pour les contribuables.

Cette décision a été prise par la direction de la Commission scolaire en début de semaine afin de faire face aux compressions imposées par le gouvernement du Québec. Depuis trois ans, les commissions scolaires font face à une réduction de leurs budgets en plus de subir les effets de l'abandon graduel du programme de péréquation. Ce retrait financier du gouvernement représente pour la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin un manque à gagner d'un peu plus de 4 millions de dollars. 

Devant cette situation, le président de la commission scolaire, Charles-Henri Lecours, précise que les commissaires ont décidé de préserver les services aux étudiants. « On est à faire le job de Madame Marois alors le gouvernement nous refile l'odieux de taxer nos contribuables. Chez nous, on a choisi les élèves parce que c'est eux qui sont les plus importants », a-t-il dit.

D'autres secteurs au sein de la commission scolaire seront touchés cependant; huit postes seront abolis et un employé sur deux sera remplacé au cours des prochains mois.

La Commission scolaire de la Côte-du-Sud a déjà pris une décision similaire en transférant aux contribuables la baisse de revenus liée à l'abandon du programme de péréquation.

Les contribuables de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin subiront une hausse de taxe qui atteindra 14 % pour la prochaine année scolaire. Cette décision a été prise par les dirigeants cette semaine afin de faire face à la diminution des budgets.

Depuis trois ans, le Gouvernement du Québec réduit les budgets des commissions scolaires en plus d'abandonner graduellement le programme de péréquation. Ce retrait financier du gouvernement représente pour la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin un manque à gagner d'un peu plus de 4 millions de dollars. Les contribuables devront assumer une partie du montant lié à ce programme.

Malgré cette situation les commissaires ont décidé de préserver, les services aux étudiants affirme le président de la commission scolaire Charles-Henri Lecours « On est à faire le job de Madame Marois, alors le gouvernement nous refile l'odieux de taxer nos contribuables alors nous chez-nous on a choisi les élèves c'est eux qui sont les plus importants », a-t-il dit en ajoutant que le taux de persévérance scolaire atteint 86 pour cent.D'autres secteurs échopperont cependant, 8 postes seront abolis et un employé sur deux sera remplacé au cours des prochains mois.

Par ailleurs, la Commission scolaire de la Côte-du-Sud a déjà pris une décision similaire.Elle a décidé de transférer entièrement aux contribuables la baisse de revenus liée à l'abandon du programme de péréquation.

PLUS:rc