NOUVELLES

Grève en Alberta: des mesures disciplinaires contre des gardiens de prison?

02/05/2013 03:59 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

EDMONTON - Le gouvernement de l'Alberta a laissé entendre que des mesures disciplinaires pourraient être appliquées contre certains gardiens de prison ayant pris part à la récente grève au centre de détention Remand, à Edmonton.

Le sous-solliciteur général Tim Grant a mentionné avoir eu des informations laissant croire que des gardiens avaient mis en péril la sécurité de prisonniers, de cadres et d'autres gardiens en quittant leur poste au début de la grève, vendredi dernier.

M. Grant a indiqué, dans un communiqué publié jeudi, qu'une enquête serait menée sur cet incident, et que les actions «appropriées» seraient prises, sans toutefois en préciser la nature. Le sous-solliciteur général, un ancien major-général des Forces canadiennes, a déjà dirigé des troupes en Afghanistan.

Il a ajouté que le gouvernement albertain n'avait pas l'intention d'user de représailles à l'endroit de gardiens qui ont «simplement pris part à la grève illégale».

M. Grant a aussi dit qu'il s'était entretenu à deux reprises mercredi avec les gardiens au centre Remand, un nouvel établissement de 580 millions $, afin de discuter de «problématiques», et qu'il les rencontrerait à nouveau jeudi.

Le syndicat provincial des employés de l'Alberta (AUPE) a de son côté fait savoir qu'une telle menace de mesures disciplinaires serait une violation de la promesse d'amnistie qu'a faite le gouvernement. Cette entente a contribué à mettre un terme à la grève de cinq jours, qui s'est déroulée dans dix centres correctionnels de la province.

Le président de l'AUPE, Guy Smith, a soutenu que le comportement du gouvernement ne faisait que jeter de l'huile sur le feu, affirmant qu'il déposerait plainte devant le conseil des relations de travail de la province (ALRB).

PLUS:pc