NOUVELLES

Garneau, seul député à avoir été dans l'espace, exclu d'une expo sur le Canadarm

02/05/2013 10:25 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Marc Garneau, le seul député canadien à être allé dans l'espace, s'est dit insulté de ne pas avoir été invité à l'inauguration, jeudi, d'une exposition sur le «Canadarm» dans un musée national.

Pour tourner le fer dans la plaie, le député libéral soutient que c'était son idée d'exposer le célèbre bras spatial canadien — aussi nommé télémanipulateur de la navette — dans un musée plutôt que de le laisser dans l'ombre au quartier général de l'Agence spatiale canadienne, près de Montréal.

M. Garneau a été le premier Canadien à prendre part à une mission spatiale, et il a aussi été à la tête de l'Agence spatiale canadienne.

Il a manipulé le Canadarm au cours de deux de ses trois missions spatiales.

Mais ce n'était pas suffisant pour qu'il soit invité à l'événement, tenu au Musée de l'aviation et de l'espace du Canada.

Il a mis son exclusion sur le dos de la partialité conservatrice, même si le gouvernement insiste qu'il n'y a aucun lien de cause à effet.

«Je crois que c'est impoli, c'est dégoûtant (...)», a-t-il lancé, accusant le gouvernement d' être «hyper-partisan tout le temps».

«Je ne suis pas surpris par ce gouvernement mais je me sens sérieusement insulté», a-t-il ajouté.

«J'ai fait fonctionner (le Canadarm) lors de deux de mes missions. J'ai été impliqué avec le programme spatial. C'est grâce à mes efforts que le bras est dans le musée ici à Ottawa plutôt qu'à l'Agence spatiale canadienne où personne ne l'aurait vu», a-t-il soutenu.

Le bras robotique spatial, inventé au Canada et qui figure sur les nouveaux billets de 5 $, était un élément clef du programme de navette spatiale de la NASA pendant presque 30 ans. La NASA a retiré le Canadarm en 2011.

À l'origine, l'appareil devait être envoyé aux installations de l'Agence spatiale, mais M. Garneau a écrit au ministre de l'Industrie Christian Paradis, le pressant de l'exposer publiquement dans un musée national.

Lors de la période des questions aux Communes jeudi, un député conservateur a posé une question à son gouvernement sur la façon dont il entendait célébrer «cette extraordinaire invention canadienne».

Lorsque le ministre du Patrimoine, James Moore, s'est levé pour rendre hommage à la nouvelle exposition, les députés libéraux ont scandé le nom de M. Garneau.

«Nous avons eu aujourd'hui le dévoilement du Canadarm au musée et avons hâte que des milliers de Canadiens viennent au musée et voient sa contribution extraordinaire à l'histoire canadienne», a-t-il déclaré, accusant au passage les députés d'en face d'être «obsédés par leur caucus».

La porte-parole de M. Moore a plus tard indiqué que les invitations avaient été envoyées par l'Agence spatiale et le musée, qui a organisé l'inauguration.

«Le bureau du ministre n'a aucunement été consulté quant à la liste d'invités», a commenté Jessica Fletcher.

Une porte-parole de l'Agence spatiale a soutenu que seul le musée avait été responsable des invitations.

Un autre député libéral, Mauril Bélanger, était à l'ouverture. Le musée est situé dans sa circonscription d'Ottawa et M. Bélanger a confié que le directeur du musée l'avait informé de l'événement.

Le député s'est dit surpris lorsqu'il a découvert que M. Garneau n'avait pas été invité.

«Je crois qu'il aurait dû être là. Écoutez, combien de députés ont vraiment utilisé le Canadarm dans l'espace?», a-t-il résumé.

PLUS:pc