NOUVELLES

Bolivie: les Etats-Unis ont appris par surprise l'expulsion de l'USAID

02/05/2013 03:25 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont été pris de court par la décision bolivienne d'expulser leur agence pour le développement international USAID car ils n'ont jamais été la cible, par le passé, de critiques émanant du gouvernement d'Evo Morales, a affirmé jeudi un responsable américain.

"Nous avons toujours trouvé des partenaires coopératifs et des responsables gouvernementaux à tous les niveaux", a indiqué Mark Lopes, responsable adjoint de l'USAID pour l'Amérique latine et les Caraïbes.

"Maintenant neuf experts américains qui travaillent dans le pays le plus pauvre de l'Amérique latine pour des programmes dans l'éducation, la santé et l'environnement, vont vraisemblablement devoir partir", a-t-il ajouté.

L'USAID avait un budget de 26 millions de dollars pour la Bolivie l'année dernière.

Le président bolivien Evo Morales a annoncé mercredi l'expulsion de l'USAID, dans un discours enflammé prononcé à La Paz devant des milliers de personnes, à l'occasion de la Fête du Travail.

L'USAID se trouve dans ce pays "pour des objectifs politiques et non pour des objectifs sociaux", a estimé M. Morales, une des figures de la gauche radicale latino-américaine, tout comme l'était le président vénézuélien décédé Hugo Chavez.

"Cette idée selon laquelle nous ne sommes pas transparents sur l'origine de notre financement est tout simplement fausse", a ajouté Mark Lopes. "Je n'ai jamais eu vent d'une telle inquiétude".

En 2008, la Bolivie avait expulsé l'ambassadeur des Etats-Unis et l'agence antidrogue américaine DEA en les accusant de s'immiscer dans la vie politique bolivienne. Washington avait répliqué en expulsant l'ambassadeur de Bolivie et en retirant à La Paz des conditions douanières préférentielles.

Après l'expulsion de la DEA, les Etats-Unis avaient réduit leur contribution dans ce secteur à 5 millions de dollars, alors que le gouvernement bolivien a fait passer cette année le budget de la lutte contre la drogue de 26 millions à 34 millions de dollars, selon les chiffres officiels.

L'USAID a déjà eu des déboires en Russie lorsque Moscou avait interdit le 1er octobre 2012 ses activités, l'accusant d'ingérence dans la vie politique russe.

jz/rap/are

PLUS:afp