NOUVELLES

Le SPVM coûte cher en heures supplémentaires

01/05/2013 04:33 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT
PC

Le problème des heures supplémentaires au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), mis en évidence pendant les manifestations étudiantes, est loin d'être ponctuel.

Chaque année, depuis 2006, il y a eu dépassement du nombre d'heures supplémentaires prévues, selon des documents obtenus par la Loi d'accès aux documents des organismes publics. Ces documents montrent que les heures supplémentaires facturées par les policiers du SPVM lors d'opérations, entre 2006 et 2012, ont coûté deux fois et demie plus cher que prévu au budget, soit près de 145 millions de dollars, alors que le budget prévoyait un coût de près de 60 millions.

Le SPVM admet avoir serré la vis l'an dernier. « On établit des règles de reddition de compte plus précises », affirme le directeur général adjoint du SPVM, Bruno Pasquini.

Les documents montrent aussi que les policiers du SPVM n'arrivent pas à atteindre les cibles du budget en ce qui concerne les amendes en matière de circulation et de stationnement.

Entre 2008 et 2012, les policiers ont émis des constats d'infraction pour une valeur de 216,8 millions de dollars, alors que les budgets avaient prévu 308,6 millions, un manque à gagner de 91,8 millions. 

À titre de comparaison, les agents de stationnement du SPVM ont presque toujours atteint ou dépassé les prévisions budgétaires pendant les mêmes années.

Le numéro deux du SPVM, Bruno Pasquini, soutient que son service veut respecter les budgets de la ville, mais pas en mettant de la pression sur les policiers. 

Pour Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, on ne devrait pas évaluer la sécurité routière par les sommes perçues au moyen des amendes. « Depuis l'entrée en vigueur de l'escouade de circulation de 133 policiers, en 2006, le bilan est amélioré d'année en année, de façon très importante », soutient-il.

Ces données ne semblent pas inquiéter la Ville de Montréal. « Il est tout à fait normal de financer les activités du SPVM adéquatement et de ne pas considérer les montants investis dans ce service comme des déficits [...] parce que nous considérons que la sécurité publique est la priorité des Montréalais et nous devons assurer la sécurité des citoyens en tout temps », écrit dans un courriel son porte-parole Gonzalo Nunez. Il poursuit en disant que le fait de ne pas atteindre les revenus projetés des amendes n'affecte pas les services rendus aux citoyens.

En décembre 2012, le directeur du SPVM, Marc Parent, annonçait à Guy Hébert, alors directeur général de la Ville, qu'il allait créer un nouveau comité directeur en sécurité routière, chargé d'atteindre les objectifs « ambitieux », mais « réalistes » du SPVM en matière de sécurité routière. Parmi les éléments du mandat de ce comité : améliorer le bilan routier et augmenter [certains] comportements par la répression et la prévention.

À l'école britannique

Marc Parent a participé à la fin de 2012 à un voyage d'étude à Londres, pour entendre des témoignages sur les moyens employés par les policiers britanniques pour faire face à d'importantes compressions budgétaires.

Dans un compte-rendu préliminaire envoyé à Guy Hébert, M. Parent soulignait les éléments suivants parmi ceux mentionnés par les corps policiers britanniques :

- « Rigueur , transparence dans la gestion et suivis budgétaires.
- [...]miser sur les services fournis et non pas sur la structure organisationnelle (démarche en cours au SPVM [...])
- Améliorer les services de première ligne et dépenser le minimum pour les autres fonctions [...].
- Planifier les contrats de services à long terme afin de maximiser les économies.
- Collaboration avec d'autres services de police afin de développer des services partagés surtout en spécialisation (déjà appliqué au SPCM)
- Supporter le développement professionnel et encourager le travail en collaboration.
- Externaliser certaines facettes du travail administratif. »

Il mentionnait également que ce voyage aurait des retombées pour le SPVM, notamment dans sa participation « à l'effort financier et budgétaire de la Ville de Montréal ».

Entre 2006 et 2012, les dépenses du SPVM ont augmenté de plus de 40 %. 

D'après un reportage de Benoît Giasson