POLITIQUE

Le Parti conservateur impose sa couleur bleue aux sites web gouvernementaux

01/05/2013 01:57 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT
canada.gc.ca

OTTAWA - Du bleu, et partout: les sites web du gouvernement du Canada seront désormais de la couleur du Parti conservateur de Stephen Harper.

La couleur de l'azur est désormais celle qui domine dans les sites internet gouvernementaux.

«Le ciel est bleu, l'enfer est rouge», répétaient les curés en chaire à l'époque de Maurice Duplessis pour orienter le vote de leurs fidèles.

Mais pour les conservateurs au pouvoir, le rouge est surtout la couleur du Parti libéral du Canada, l'adversaire politique de longue date.

En évacuant ainsi le rouge et d'autres couleurs des sites internet du gouvernement, les conservateurs semblent rajouter à leurs efforts pour implanter leur stratégie de «marque conservatrice» dans cette période bleue de la politique canadienne.

Les nouvelles normes visent à rendre uniformes et plus conviviaux les différents sites web gouvernementaux. En les formulant, le Conseil du Trésor en a profité pour obliger les sites à se peinturer en bleu, sur différentes portions des pages visitées par les citoyens.

Pourtant, les couleurs officielles du Canada sont plutôt le rouge et le blanc, celles du drapeau national, peut-on lire sur le site de Patrimoine Canada.

Et lors du choix des couleurs qui les identifient, les sites gouvernementaux recourent souvent aux couleurs du drapeau national, note une étude du Conseil national de recherches du Canada, depuis archivée dans le web.

La nouvelle «Norme sur la facilité d’emploi des sites Web» émise par le Conseil du Trésor est entrée en vigueur le 28 septembre 2011.

Les différents ministères ont jusqu'au 31 juillet pour s'y conformer.

Ainsi, la large entête de la page web, tout en haut, est désormais bleue. Tout comme les bordures qui encadrent le contenu informatif sur certains sites, à gauche et à droite. Certains autres cadres et écritures utilisent également le bleu, mais peut-être plus à des fins esthétiques, afin de s'harmoniser au reste du site, qu'en raison d'une norme précise.

Sur certains sites, la seule trace de rouge qui survit est la feuille d'érable canadienne.

Au cabinet du président du Conseil du Trésor, Tony Clement, on a fait savoir que le bleu a été choisi car «il se travaille bien».

«Plusieurs éléments de conception de différentes couleurs ont été mis à l'essai à l'interne auprès de groupes de travail professionnels spécialistes du web. Pour des raisons de conception du web, le bleu est une couleur qui se travaille bien et qui permet le contraste entre la couleur de fond et les autres éléments de la conception (par exemple, la feuille d'érable rouge), a-t-il indiqué dans un courriel.

Bref, le choix de la couleur ne serait pas un acte de partisanerie, mais un choix de conception graphique, bien que le Conseil ne précise pas si d'autres couleurs auraient tout aussi bien fait l'affaire que le bleu.

La «norme de facilité d'emploi des sites web» a été conçue par le Conseil du Trésor pour aider les webmestres à «appliquer les exigences du Programme de coordination de l'image de marque», peut-on lire dans la réglementation. Notamment pour permettre au public de reconnaître facilement les activités fédérales et ainsi améliorer l'accès au public, est-il précisé dans les objectifs du programme.

Certaines institutions sont toutefois exemptées de ce programme d'image de marque. Les Forces canadiennes arborent le noir et le Sénat continue d'afficher la couleur de la Chambre haute, soit le rouge.

Mais d'autres, sans y être obligées, se sont néanmoins drapées de bleu, comme la Commission canadienne des droits de la personne et les Services correctionnels du Canada.

Le site météorologique fédéral a très récemment laissé tomber toute référence à Environnement Canada. Il est aussi passé du vert — la couleur de la nature — au bleu royal, attirant ainsi des interrogations sur les politiques en vigueur. Questionnée sur ces changements, une porte-parole avait indiqué que le ministère s'était simplement conformé aux nouvelles normes internet. L'apparence visuelle du site, outre sa couleur, reflète effectivement l'adaptation. D'autres sites comme ceux de Transport Canada et d'Industrie Canada ont aussi adopté la nouvelle facture.

Avant cela, les politiques du Conseil du Trésor ne prescrivaient pas la couleur de l'arrière-plan et les images de l'entête et du pied de page des sites internet du gouvernement, a précisé l'un des ses porte-paroles.

Certains ministères n'ont pas encore procédé aux changements, comme le ministère de la Justice, habillé de vert, et la garde-côtière qui demeure résolument rouge. Il est toutefois visible que l'apparence de ces sites n'a pas non plus été remaniée pour satisfaire aux nouvelles normes visuelles.

Il ne s'agit pas de la première tentative des conservateurs de refaire l'image du gouvernement... à son image. Récemment, des communiqués de presse et des documents gouvernementaux se sont mis à faire référence au «gouvernement Harper». Des documents non partisans du gouvernement ont aussi adopté des couleurs et des images utilisées par le Parti conservateur, contribuant à assimiler l'un à l'autre.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper