NOUVELLES

Le conflit israélo-palestinien concerne la reconnaissance, dit le PM d'Israël

01/05/2013 03:15 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Le premier ministre israélien a accueilli tièdement, mercredi, la nouvelle initiative de paix arabe pour le Proche-Orient, soutenant que le conflit avec les Palestiniens en concerne pas le territoire, mais plutôt le refus des Palestiniens de reconnaître Israël comme terre natale du peuple juif.

Ces remarques ne laissent rien présager de bon pour le secrétaire d'État John Kerry, qui a témoigné de son intention de redonner un nouveau souffle aux pourparlers de paix. Elles risques aussi de renforcer la perception voulant que Benyamin Nétanyahou est un tenant de la ligne dure qui ne veut rien entendre de faire des compromis afin d'en venir à une entente.

Le premier ministre n'a pas commenté directement la plus récente initiative de la Ligue arabe, mais il remet assez clairement en question son point central — les lignes de 1967 — et semble s'opposer à une proposition du monde arabe que Washington et la négociatrice en chef de Benyamin Nétanyahou elle-même ont accueillie favorablement.

Dans l'initiative déposée en 2002, le monde arabe offrait la paix à Israël en échange d'un retrait total de tous les territoires capturés lors de la guerre de 1967.

Au cours des dernières semaines, ce plan de paix pour le Proche-Orient vieux de 10 ans est soudainement apparu comme essentiel pour mettre fin à des années d'enlisement entre Israël et les Palestiniens.

Reste que Benyamin Nétanyahou rejette la prémisse que le retour aux frontières de 1967 est un élément-clé du plan de paix.

«Les racines du conflit ne sont pas territoriales. Il a commencé bien avant 1967», a-t-il déclaré à des diplomates israéliens.

«Le fait que les Palestiniens n'acceptent pas qu'Israël est l'État-nation du peuple juif est à l'origine du conflit. Si nous en venons à un accord de paix, je veux être certain que le conflit ne perdurera pas — que les Palestiniens n'arriveront pas avec d'autres demandes», a-t-il poursuivi.

PLUS:pc