NOUVELLES

La CSST blâme les méthodes de travail de l'employeur OK Pneus Médé

01/05/2013 01:47 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - La CSST sévit à l'endroit de OK Pneus Médé suite à la mort d'un employé de l'entreprise à Montréal.

Le 10 août dernier, Patrick Chevrier a perdu la vie alors qu'il s'affairait avec un collègue à changer les pneus d'un tracteur de refoulement, véhicule servant à déplacer un avion, chez le client Swissport.

La manoeuvre a mal tourné lorsque les deux hommes ont voulu relever un côté du véhicule à l'aide d'un cric supplémentaire pour dégager un tuyau hydraulique écrasé par inadvertance sous une roue qui venait d'être changée.

Dans son rapport, la Commission de la santé et de la sécurité du travail reproche à l'employeur d'avoir donné des consignes qui ne concordaient pas avec celles du fabricant en ce qui concerne la méthode de levage utilisée pour effectuer des changements de pneus sur un tracteur de refoulement.

Ces méthodes étaient pourtant clairement affichées sur le véhicule, a rappelé Dominique David, communicatrice régionale de la CSST.

C'est pourquoi la commission interdit désormais à OK Pneus Médé de procéder à cette opération sur un tracteur de refoulement si un levage est nécessaire, et lui demande d'élaborer une méthode de travail sécuritaire.

De plus, la CSST a délivré un constat d'infraction à l'employeur, dont le montant peut varier de 15 000 $ à 61 000 $.

PLUS:pc