NOUVELLES

La Bourse de New York fragilisée par des indicateurs décevants

01/05/2013 04:33 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT

Wall Street a terminé en nette baisse mercredi, fragilisée par des indicateurs moroses et des résultats d'entreprises décevants alors que la banque centrale des Etats-Unis (Fed) maintenait sa politique de soutien à l'économie américaine: le Dow Jones a perdu 0,94% et le Nasdaq 0,89%.

Selon des résultats définitifs, l'indice Dow Jones Industrial Average a reculé de 138,85 points, à 14.700,95 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 29,66 points à 3.299,13 points.

L'indice élargi S&P 500, qui avait signé mardi un record historique pour la deuxième séance d'affilée, a lâché 0,93% ou 14,87 points, à 1.582,70 points.

Alors que le marché connaît une embellie depuis le début de l'année, il "cherchait un catalyseur" pour faire une pause "et a pu le trouver dans les chiffres diffusés aujourd'hui", a remarqué le gestionnaire de portefeuille indépendant Hugh Johnson.

Principale raison de s'inquiéter à ses yeux: selon la société ADP, les embauches ont nettement diminué en avril dans le secteur privé aux Etats-Unis, un chiffre de mauvais augure avant la diffusion vendredi du rapport mensuel officiel sur le marché du travail américain.

Autres nouvelles peu encourageantes: les dépenses de construction aux Etats-Unis ont reculé en mars, et surtout, l'activité des industries manufacturières a continué de ralentir aux Etats-Unis en avril.

L'annonce par la Fed d'un statu quo sur sa politique de soutien exceptionnel à l'économie américaine a par ailleurs laissé les investisseurs sur leur faim.

L'institution a en effet réitéré son engagement à maintenir son taux directeur dans la fourchette de 0 à 0,25%, et a confirmé la poursuite de ses injections de liquidités dans le circuit financier au rythme de 85 milliards de dollars nets par mois.

Fait nouveau, elle a ajouté qu'elle se tenait prête à "accélérer ou ralentir" le rythme de ces achats d'actifs en fonction des évolutions sur le front de l'emploi et de l'inflation.

"Ces commentaires nous laissent perplexes", a remarqué Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management. "Ils vont peut-être acheter, ou peut-être vendre, merci pour l'information!"

Les indices ont aussi été affectés par les mauvais résultats de certains grands groupes, comme le pharmacien Merck dont l'action a chuté de près de 3%.

Ils étaient aussi victimes, selon plusieurs observateurs, du calendrier.

"Il y a vieux proverbe à Wall Street qui dit +vendez en mai et partez loin+", a souligné M. Johnson. "Certains se disent que cet adage va encore se vérifier cette année".

Le marché obligataire a terminé en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 1,639% contre 1,675% mardi soir, et celui à 30 ans à 2,840% contre 2,884% la veille.

jum/sl/are

PLUS:afp