NOUVELLES

Foi de Pascal, Bute va déchanter s'il croit affronter un boxeur sans endurance

01/05/2013 01:52 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT

LAS VEGAS, États-Unis - Si Lucian Bute croit vraiment que Jean Pascal est incapable de boxer pendant plus de quatre rounds, à raison de seulement une minute et demie par round, il risque d'avoir une mauvaise surprise le 25 mai prochain.

Contrairement à ce qu'on a laissé entendre du côté de Bute et d'InterBox, la semaine dernière en Floride, Pascal va être en grande forme lors de l'affrontement qui aura lieu dans trois semaines et demie, au Centre Bell.

C'est ce qu'ont promis le principal intéressé, son entraîneur Marc Ramsay et son nouveau préparateur physique Angel Heredia, mercredi, en marge d'un entraînement tenu sur la piste d'athlétisme de l'Université du Nevada à Las Vegas.

«Je suis certain que Bute travaille fort, mais je peux lui dire dès maintenant que Jean est prêt pour 15 rounds. Je suis même d'avis que nous devrions dès maintenant demander à la commission de disputer plus de 12 rounds», a lancé Heredia après avoir demandé à Pascal de faire quelques tours de piste et d'effectuer des exercices de puissance avec un ballon d'entraînement, alors qu'on voyait à l'horizon la Stratosphere Tower, l'un des monuments bien connus de Las Vegas.

Contrairement à ce qu'ont laissé croire Bute et son entraîneur Stéphan Larouche, Heredia estime qu'il est bel et bien possible de transformer un boxeur en athlète endurant en quelques semaines de préparation.

«Avec l'aide de la science, c'est possible, a indiqué Heredia, qui a trempé dans le dopage par le passé mais assure qu'il suit la voie de la légalité maintenant. C'est très stupide de dire que Jean est un boxeur de quatre rounds. Ç'a peut-être été le cas à certains moments dans le passé mais maintenant, il s'entraîne différemment.

«Chaque camp d'entraînement diffère en fonction du rythme qu'on prévoit avoir lors du combat, a ajouté Heredia. Dans ce cas-ci, on s'attend à beaucoup d'intensité, alors il fallait couvrir tous les angles. Rien n'a été laissé au hasard.

«Jean va avoir plus de puissance, plus de vélocité et plus d'endurance. Il va être un meilleur boxeur globalement, a-t-il par ailleurs indiqué. Tant et aussi longtemps qu'il va suivre le plan de match, il va avoir des munitions pour répondre à tout ce qui pourrait arriver.»

Selon Ramsay, Pascal s'adonne présentement au camp d'entraînement le plus poussé et le plus rigoureux de sa carrière.

«On s'est assuré de bien fractionner chaque entraînement pour être sûr de maximiser chaque séance», a-t-il dit en expliquant qu'avec Heredia, il a été convenu que la méthode traditionnelle de s'entraîner en boxe convenait moins au profil physique de Pascal.

Ramsay s'est par ailleurs offusqué du fait que le clan de Bute utilise la formule du «boxeur de quatre rounds» pour s'en prendre à Pascal.

«Un boxeur de quatre rounds, on a vu de quoi ç'a eu l'air en Angleterre, a-t-il lancé en faisant allusion à la déconfiture en cinq rounds de Bute devant Carl Froch, l'an dernier. Jean, lui, ne s'est jamais fait mettre hors de combat. Il a mis des boxeurs K.-O. au 10e round, au 9e, au troisième... Il a toujours fini ses combats. Je ne sais pas sur quelle piste on voulait nous amener avec cette critique-là.»

«Sincèrement, je les trouve généreux, a quant à lui rétorqué Pascal d'un ton narquois. Je suis plutôt un boxeur de trois rounds et de 45 secondes par round, alors je les remercie.

«Mais si j'étais Stéphan Larouche, je me concentrerai plutôt sur le mental et la confiance de mon boxeur», a du même coup prévenu le Lavallois de 30 ans, avant de lancer une flèche à Bute.

«Lancer 1000 coups dans un combat, c'est rien — surtout si on lance 700 jabs sur les 1000 coups. Tout le monde peut faire ça, a affirmé Pascal. Mais ce sont les coups en puissance qui montrent si un boxeur est en forme. Moi, je lance peut-être seulement 500 à 600 coups par combat, mais il y a 350 à 400 coups en puissance.»

La capacité de récupérer entre les rounds est également gage d'une bonne forme physique, a estimé le protégé du Groupe Yvon Michel.

«C'est normal d'être fatigué à la fin des rounds, ça veut dire que tu as donné ton 100 pour cent. Si tu n'es pas fatigué, c'est que tu as gardé de l'essence dans le réservoir. Un boxeur est sensé vider son réservoir à chaque round, le remplir pendant la minute de pause et revenir à la charge le round suivant.»

PLUS:pc