NOUVELLES

Budget ontarien : les attentes sont élevées à Ottawa

01/05/2013 06:03 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT

Les attentes des politiciens et de nombreux organismes d'Ottawa sont élevées à moins de 24 heures du dépôt du budget du gouvernement Wynne à Queen's Park. Le document pourrait contenir des mesures à forte saveur sociale afin d'obtenir le soutien du NPD et de permettre au gouvernement libéral minoritaire de se maintenir au pouvoir.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a préféré établir une courte liste de priorités pour le gouvernement provincial. Il a rencontré la première ministre, Kathleen Wynne, et le ministre des Finances, Charles Sousa, il y a quelques semaines afin de leur faire part de ses attentes.

Jim Watson souhaite que la province protège les transferts provinciaux vers les municipalités. Selon le maire, la Ville prévoit recevoir 5 millions de dollars en 2014 de la part du gouvernement afin de pallier le rapatriement des dépenses provinciales. Ce montant est déjà inscrit dans le budget de la Municipalité.

De plus, M. Watson demande au gouvernement Wynne de mettre en place un plan à long terme pour les infrastructures, qui serait financé en partie par la province, le gouvernement fédéral et les municipalités.

Selon la Ville, des améliorations sont toujours nécessaires dans le réseau d'égout pour éviter le déversement d'eaux usées dans la rivière des Outaouais.

D'autres demandes

Par ailleurs, les groupes communautaires espèrent des changements qui permettraient aux assistés sociaux d'occuper un emploi à temps partiel et de conserver, sans pénalité, une partie de leurs gains.

La directrice générale d'Entraide budgétaire Ottawa propose également une hausse du salaire minimum, présentement établi à 10,25 $ par heure. « Dans le dernier budget, les petits salariés étaient encore oubliés », a-t-elle souligné.

Dans le milieu de l'éducation, l'Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO) souhaite que le budget Sousa ne contienne aucune nouvelle compression.

Le président de l'AEFO rappelle que les enseignants ont déjà consenti à des sacrifices en raison de la situation économique difficile.

En août 2012, les enseignants francophones de la province ont conclu une entente avec le gouvernement provincial. Cette entente prévoit un gel de salaire de deux ans, trois journées sans solde en 2013-2014 et la fin du cumul des congés de maladie non utilisés.

Avec les informations de Gilles Taillon.

PLUS:rc