NOUVELLES

Budget : survivre jusqu'à l'automne

01/05/2013 04:54 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

Avec le premier budget du gouvernement de Kathleen Wynne, les libéraux tenteront de gagner du temps, selon le politologue Patrice Dutil, de l'Université Ryerson à Toronto. Le budget sera déposé jeudi à 16 h à Queen's Park.

« Il faut que le budget de Kathleen Wynne réponde aux demandes du NPD pour survivre jusqu'à l'automne », déclare-t-il. Selon M. Dutil, les chances du gouvernement de se faire réélire seront meilleures après la saison estivale, alors que les Ontariens se seront familiarisés avec la nouvelle chef libérale.

Les conservateurs ont déjà indiqué qu'ils voteraient contre le budget. Les libéraux minoritaires ont donc besoin de l'appui des néo-démocrates pour éviter des élections. 

« L'été donne une bonne occasion pour la première ministre et les ministres de faire la tournée de la province et rencontrer les gens lors des festivals », explique Patrice Dutil. « Les libéraux sont au pouvoir depuis 2003, il est donc possible que les Ontariens croient qu'il est temps pour un changement s'il y a des élections maintenant, mais dans six mois, si l'économie va bien, ça pourrait être différent », poursuit le politologue.

Les libéraux continueront toutefois de limiter les dépenses, afin de sortir la province du rouge pour 2017-2018. Le déficit de l'Ontario se chiffre maintenant à 9,8 milliards de dollars.

Le ministre des Finances, Charles Sousa, promet d'adopter une approche équilibrée, sans mesure extrême. Il veut limiter l'augmentation annuelle des dépenses à 1 %.

M. Sousa a dévoilé petit à petit ce que contiendra son budget. Mercredi, la province a annoncé un fonds pour la musique ontarienne de 45 millions de dollars. La semaine dernière, c'était un fonds de 100 millions de dollars pour l'infrastructure dans les villes rurales et du Nord.

En réponse aux demandes du NPD, les libéraux ont entre autres promis des investissements dans les soins à domicile pour les aînés et la création d'emplois pour les jeunes, en plus de s'engager à réduire les primes d'assurance automobile.

Pour le chef de l'Opposition officielle, Tim Hudak, le choix est clair pour les Ontariens entre l'approche libérale et la sienne « qui comprend une réduction significative des dépenses de l'État », la seule façon selon lui, de retrouver une économie saine.

Le NPD maintiendra le suspense pour encore quelques jours. Le temps de prendre connaissance des détails du budget, mais surtout le temps de décider s'il appuyera un gouvernement qu'il critique tous les jours ou encore s'il portera le blâme du déclenchement d'élections.

PLUS:rc