NOUVELLES

Willem-Alexander devient Guillaume IV, nouveau monarque du royaume des Pays-Bas

30/04/2013 06:20 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

AMSTERDAM, Pays-Bas - Willem-Alexander est devenu mardi le premier roi des Pays-Bas en plus de 100 ans quand sa mère, la reine Beatrix, a abdiqué après un règne de 33 ans.

Cette transition au sein de la maison d'Orange-Nassau a fourni aux Pays-Bas une raison de célébrer, au moment où ce pays de 17 millions d'habitants traverse une longue récession.

Visiblement très émue, la reine Beatrix, qui est adorée par ses sujets, a mis fin à son règne à l'occasion d'une cérémonie de signature diffusée à la télévision. Des milliers de personnes vêtues d'orange l'ont acclamée à l'extérieur pendant que des millions d'autres suivaient le tout au petit écran.

Dans le discours qu'il a prononcé à l'église historique Nieuwe Kerk, le jeune roi a souligné le caractère symbolique de la monarchie dans une société néerlandaise égalitaire. Il a néanmoins précisé qu'un monarque peut jouer un rôle important sur le plan politique et économique à l'occasion de visites officielles à l'étranger.

«Je représenterai fièrement le royaume et aiderai à découvrir de nouvelles opportunités», a-t-il lancé, vêtu d'une cape cérémonielle.

La cérémonie d'intronisation officielle a été le point d'orgue d'une journée riche en émotions à la maison d'Orange-Nassau.

Willem-Alexander, qui est devenu le roi Guillaume IV, a pris la main de sa mère et l'a brièvement regardée dans les yeux après qu'ils eurent tous deux signé le document d'abdication au palais royal, à Amsterdam.

Beatrix semblait au bord des larmes quand elle s'est présentée au balcon pour présenter leur nouveau roi aux 25 000 personnes qui s'étaient massées pour assister à la transition.

«Je suis heureuse et reconnaissante de vous présenter votre nouveau roi, Willem-Alexander», a-t-elle lâché devant la foule enthousiaste qui scandait «Bea bedankt» («Merci Bea»).

Quelques instants plus tard, elle a cédé sa place au balcon à Willem-Alexander, son épouse et leurs trois filles.

«Chère mère, aujourd'hui, vous cédez votre trône. Trente-trois années touchantes et inspirantes. Nous vous sommes considérablement, considérablement reconnaissants», a affirmé le nouveau monarque.

L'ancienne reine portera dorénavant le nom de princesse Beatrix et son fils devient le premier roi des Pays-Bas depuis la mort de Guillaume III, en 1890.

La femme du roi portera le nom de reine Maxima alors que l'aînée de leurs trois filles, Catharina-Amalia, deviendra princesse d'Orange et la prochaine prétendante au trône.

Willem-Alexander a signalé qu'il avait l'intention d'être un roi du 21e siècle qui unit et encourage ses sujets, non pas un «fétichiste du protocole», mais plutôt un roi qui s'assure de mettre les gens à l'aise.

Il arrive à la tête des Pays-Bas alors que la nation, habituellement solide sur le plan économique, est confrontée à une hausse du taux de chômage. Les données publiées mardi par l'Union européenne montrent que ce taux atteint désormais 6,4 pour cent, ce qui demeure tout de même nettement en deçà de la moyenne européenne de 10,9 pour cent.

«J'accepte ce travail à un moment où de nombreuses personnes dans ce royaume se sentent vulnérables et incertaines, a-t-il souligné. Vulnérables sur le plan de la santé et du travail. Incertaines au sujet de leur salaire et de leur environnement.»

Inge Bosman, une résidante d'Amsterdam âgée de 38 ans, a dit douter que l'accession au trône de Willem-Alexander puisse avoir un impact direct sur la situation économique aux Pays-Bas.

«Mais bon, au moins une personne a décroché un nouvel emploi», a-t-elle ironisé.

La cérémonie s'est déroulée sous haute sécurité. Des milliers de policiers en uniforme ou en civil avaient été déployés, et au moins un homme a été arrêté. L'espace aérien au-dessus d'Amsterdam a été fermé pour trois jours à compter de lundi tandis que la Dam, la place principale d'Amsterdam, était patrouillée par des policiers allemands appelés en renfort avec leurs chiens renifleurs.

Des dignitaires provenant de 18 pays ont assisté à la cérémonie.

Plusieurs observateurs croient que Beatrix est demeurée aussi longtemps sur le trône pour aider à stabiliser un pays qui peine à absorber de plus en plus d'immigrants, surtout des musulmans en provenance d'Afrique du Nord. L'ancienne reine a été frappée par plusieurs tragédies au cours des dernières années, notamment la mort de son mari en 2002 et un accident de ski qui, l'an dernier, a causé de lourds dommages cérébraux à son fils cadet, le prince Friso.

PLUS:pc