NOUVELLES

Un opposant vénézuélien inculpé pour incitation aux violences

30/04/2013 12:34 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

Un des leaders de l'opposition au Venezuela, le général à la retraite Antonio Rivero, a été placé en détention préventive lundi après avoir été accusé de conspiration et d'incitation à la violence lors des récentes manifestations qui ont secoué le pays.

Un tribunal de Caracas a ordonné son incarcération au siège du service de renseignements, a indiqué le Parquet général par voie de communiqué.

Par l'entremise d'une lettre lue par son frère José Vicente à la sortie du tribunal, Antonio Rivero a clamé son innocence et déclaré qu'il entamait une grève de la faim.

Les autorités l'accusent d'être l'un des instigateurs des violences qui ont fait neuf morts et 78 blessés après l'élection présidentielle du 14 avril, qui a porté au pouvoir le chaviste Nicolas Maduro. Une vidéo le montrant en train de coordonner les manifestants a été diffusée à l'appui des accusations.

Le chef de l'opposition et candidat malheureux à l'élection, Henrique Capriles, a accusé le gouvernement de « persécuter » les opposants. « Si cela continue, ils vont devoir emprisonner 8 millions de Vénézuéliens », a-t-il déclaré.

Ce dernier a par ailleurs annoncé la semaine dernière que son organisation allait boycotter la révision des résultats de la récente élection et tentera de pousser le gouvernement à tenir un nouveau scrutin présidentiel.

Le dirigeant de Volonté populaire, Leopoldo Lopez, a fait savoir de son côté qu'il considérait Antonio Rivero - arrêté samedi à Caracas - comme le « premier prisonnier politique » de l'ère Maduro.

Henrique Capriles fait lui-même l'objet d'une enquête parlementaire visant à « déterminer sa responsabilité dans les actions violentes » postélectorales.

Ancien allié d'Hugo Chavez, Antonio Rivero a joint les rangs du parti d'opposition Volonté populaire en 2008.

PLUS:rc