NOUVELLES

Syrie: une explosion à Damas fait 14 morts et 103 blessés

30/04/2013 07:06 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

DAMAS, Syrie - La capitale syrienne a été frappée en plein coeur pour la deuxième journée consécutive, mardi, lorsqu'une puissante bombe a explosé dans un quartier commercial, faisant au moins 14 morts et 103 blessés.

Lundi, le premier ministre de la Syrie avait échappé de justesse à une tentative d'assassinat à Damas après qu'une voiture piégée eut explosé près de son convoi, à quelques kilomètres du lieu où la déflagration de mardi s'est produite.

Ces deux attentats semblent faire partie des efforts renouvelés des forces de l'opposition pour s'emparer de la capitale, qui demeure sous le contrôle des troupes du régime du président Bachar el-Assad.

L'explosion de mardi est survenue dans le quartier de Marjeh, près de la vieille ville de Damas, a annoncé la télévision d'État syrienne. Cette dernière a affirmé qu'il s'agissait d'une attaque menée par des terroristes, le terme utilisé par le gouvernement pour décrire les rebelles qui tentent de le renverser.

Selon l'agence de presse officielle de la Syrie, au moins 14 personnes ont été tuées et 103 autres blessées.

La cible visée par l'attentat de mardi n'a pas été clairement déterminée, même si la déflagration s'est produite près de l'ancien édifice du ministère de l'Intérieur.

Des ambulances ont été envoyées sur les lieux et la télévision syrienne a diffusé des images montrant des pompiers en train d'éteindre un incendie impliquant plusieurs véhicules et bâtiments.

Inspectant l'endroit où l'explosion a eu lieu, le ministre syrien de l'Intérieur, Mohammed al-Shaar, qui a lui-même survécu à un attentat à la bombe en décembre, a déclaré que les attaques de lundi et mardi dans la capitale étaient la réponse des combattants de l'opposition aux gains récemment réalisés par l'armée syrienne sur le terrain.

Au cours des dernières semaines, les forces gouvernementales ont reconquis deux banlieues de Damas et une ville à l'extérieur de la capitale qui étaient détenues par les rebelles.

Elles ont aussi mis la main sur plusieurs villages le long de la frontière de la Syrie avec le Liban dans le cadre de leur campagne pour prendre le contrôle du corridor stratégique qui relie Damas à la côte méditerranéenne.

Le conflit syrien s'est amorcé en mars 2011 avec un soulèvement populaire relativement pacifique contre le gouvernement de Bachar el-Assad mais s'est depuis transformé en une guerre civile qui a fait plus de 70 000 morts selon les Nations Unies.

PLUS:pc