NOUVELLES

Produits forestiers Résolu a complété la réorganisation de son réseau d'usines

30/04/2013 08:20 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Produits forestiers Résolu (TSX:RFP) aura complété la réorganisation complète de son réseau d'usines, mercredi, avec la reprise des activités à ses installations de Gatineau, en Outaouais.

L'usine de Gatineau présentera des coûts de fabrication moins élevés en raison de l'entrée en vigueur d'une nouvelle convention collective et de l'utilisation d'une seule machine à papier, notamment.

Cette usine comptera 130 travailleurs, contre 330 au moment de sa fermeture, en avril 2010.

Le président et chef de la direction de Résolu, Richard Garneau, a affirmé mardi que les installations produiraient du papier journal qui pourra être vendu en Amérique du Nord ou être destiné à l'exportation, un marché qui a augmenté au point de maintenant représenter 47 pour cent des ventes de la société.

«Pas mal de conteneurs retournent vides de Montréal vers l'Asie. Nous voyons une occasion d'expédier (des marchandises) à l'étranger», a-t-il déclaré mardi.

La réouverture de l'usine de Gatineau fait suite à la reprise des activités à Dolbeau, au Lac-Saint-Jean, et à la fermeture d'usines et de machines moins rentables ailleurs aux États-Unis et au Canada.

Dans l'ensemble, les modifications apportées ont eu pour effet de réduire la capacité de production de papier journal de la firme de produits forestiers.

Bien que M. Garneau ait dit ne pas prévoir de nouvelles réouvertures, il a indiqué que la production pourrait être ajustée dans chacune des 22 usines de l'entreprise afin de s'adapter à l'évolution du marché.

Parmi les usines faisant face à une certaine incertitude figure celle de Thunder Bay, en Ontario, dont les 300 employés produisent quelque 500 000 tonnes de papier et de pâte à papier.

Résolu a annoncé mardi avoir enregistré au premier trimestre une perte nette de 5 millions $, ou cinq cents par action, comparativement à un bénéfice net de 23 millions $, ou 23 cents par action, un an auparavant.

Les ventes de l'entreprise ont été de 1,07 milliard $ au cours de la période de trois mois terminée le 31 mars, en hausse par rapport à celles de 1,05 milliard $ du même trimestre il y a un an.

Abstraction faite des éléments non récurrents, qui se sont élevés à 33 millions $, le bénéfice net de Résolu a été de 28 millions $, ou 30 cents par action, au premier trimestre.

Paul Quinn, de RBC Marchés des capitaux, a indiqué que les résultats étaient inférieurs aux attentes, le bénéfice avant impôts, intérêts et amortissement ajusté de 72 millions $ étant inférieur de 24 millions $ à celui auquel s'attendaient en moyenne les analystes.

Néanmoins, les analystes avaient prévu un bénéfice ajusté de 16 cents par action.

Résolu a fait face à une baisse de la demande dans toutes les catégories de produits, exception faite de celle du bois d'oeuvre, qui a tiré profit de la reprise graduelle des mises en chantier d'habitations aux États-Unis.

«Nous croyons que nos efforts des deux dernières années nous rendent plus concurrentiels pour négocier les défis auxquels fait face l'industrie nord-américaine des produits forestiers», a déclaré M. Garneau durant une conférence téléphonique.

«Résolu ne restera pas là sans bouger. Nous serons toujours à la recherche de façons d'améliorer notre réseau afin de réduire nos coûts», a-t-il ajouté.

Les actions de Produits forestiers Résolu ont terminé la séance de mardi à 14,72 $ à la Bourse de Toronto, en hausse de 8 cents par rapport à leur précédent cours de clôture.

PLUS:pc