NOUVELLES

Max Pacioretty est fébrile comme une recrue à ses débuts en séries éliminatoires

30/04/2013 02:00 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

BROSSARD, Qc - Max Pacioretty tient difficilement en place à quelques jours du début de la série contre les Sénateurs d'Ottawa.

L'attaquant du Canadien est fébrile comme un joueur recrue. En fait, quand il est question des séries éliminatoires de la LNH, c'est exactement ce qu'il est, une recrue.

Pacioretty va briser la glace en séries, jeudi, à sa quatrième saison dans la ligue. Quatre de ses jeunes coéquipiers n'auront pas à patienter aussi longtemps que lui: les attaquants Alex Galchenyuk, Brendan Gallagher ainsi que les défenseurs Raphael Diaz et Jared Tinordi. Du quatuor, seul Diaz n'en est pas à sa première saison dans la LNH.

«Je suis très emballé, a-t-il lancé mardi, après la séance d'entraînement de l'équipe à Brossard. Je rêvais aux séries depuis quelques années. Il y a deux ans, j'étais passé à un but de faire mes débuts. Quelques années plus tôt, on m'avait retourné dans les rangs mineurs peu de temps avant les séries.»

Au printemps de 2011, Pacio serait revenu au jeu si le Canadien avait éliminé les Bruins de Boston au premier tour. La série a connu son dénouement en prolongation du septième match.

Pacioretty pansait ses blessures résultat de la violente charge qu'il avait subie quelques mois plus tôt de Zdeno Chara, des Bruins.

«Depuis le temps que je suis spectateur, a-t-il souligné. J'ai évidemment suivi avec intérêt la série contre les Bruins et je suis un assidu des séries à la télévision. Il m'arrivait d'avoir la chair de poule dans mon salon, comme si j'étais moi-même impliqué. J'ai finalement cette chance de jouer cette année et je m'en promets.»

Pacioretty nourrit de grandes ambitions. Il ne cache pas qu'il veut «se faire un nom» et se forger la réputation de joueur qui est à son mieux quand l'enjeu est le plus important.

«C'est en séries que les joueurs prouvent leur valeur. Il y a des objectifs précis que je veux atteindre. Je veux m'établir comme un joueur des séries.»

Piqué au vif

Pacioretty ne l'admet pas, mais il est piqué au vif par des commentaires peu flatteurs qu'il a entendus ou qu'on lui a rapportés au sujet de son rendement cette saison. On parle d'une contribution à l'attaque quelque peu décevante. Il a pourtant été le meilleur marqueur de l'équipe en saison régulière, avec 39 points à sa fiche (15-24) — un de plus que le défenseur P.K. Subban (11-27).

«Nous avons remporté le titre de notre section et nous avons terminé au deuxième rang de l'Association de l'Est», a-t-il d'abord soulevé, quand on lui a demandé de faire la propre analyse de sa performance.

«J'ai amélioré mon jeu en défense et j'ai connu ma meilleure saison à l'attaque, a-t-il ensuite ajouté. J'ai ajouté des cordes à mon arc, je maîtrise mieux la rondelle et je fais des jeux pour mes coéquipiers. Les entraîneurs m'ont aidé à être un joueur plus complet.

«Je ne fais plus qu'aller me positionner devant le filet adverse, comme je le faisais la saison dernière», a-t-il résumé, en admettant être surveillé de façon plus étroite cette saison.

Pacioretty, qui était un grand partisan des Rangers de New York dans son enfance, voit grand également pour l'équipe, que les observateurs ne prennent pas au sérieux malgré les succès qu'elle a connus.

«Nous voulons montrer à tout le monde ce que nous pouvons faire. Plusieurs personnes ne croient pas en nous et nous voulons leur faire ravaler leurs paroles. C'est un beau défi sur le plan personnel et pour toute l'équipe.»

PLUS:pc