NOUVELLES

Le pétrole ouvre en baisse à New York, affecté par des prises de bénéfices

30/04/2013 09:29 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

Le prix du pétrole s'affichait en baisse mardi à l'ouverture à New York, les investisseurs effectuant des prises de bénéfices dans un marché peu enclin au risque après des indicateurs européens décevants et dans l'attente de nouvelles sur le front des banques centrales.

Vers 13H15 GMT, le baril de référence (WTI) pour livraison en juin lâchait 24 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), à 94,26 dollars.

Le marché "effectue des prises de profits après les gains enregistrés" lundi, le prix du baril coté à New York ayant grimpé de 1,50 dollar, a remarqué John Kilduff, d'Again Capital.

Cette progression avait été nourrie par l'espoir des investisseurs de voir les banques centrales américaine (Fed) et européenne (BCE) maintenir, voire renforcer, leur programme de soutien à l'économie lors de leurs réunions prévues mardi et mercredi pour la première, jeudi pour la deuxième.

"Mais les données économiques en provenance d'Europe sont particulièrement mauvaises ce matin, elles sont le reflet d'une économie en réelle difficulté et cela pèse sur le marché", selon M. Kilduff.

Le chômage a de fait atteint un nouveau record absolu dans la zone euro à 12,1% en mars, touchant 19,2 millions de personnes. Il s'agissait de son 23e mois consécutif de hausse.

L'Office européen de statistiques Eurostat a parallèlement annoncé que l'inflation avait fortement ralenti en avril dans la région, à 1,2% contre 1,7% en mars, et 2,6% il y a un an.

Le marché se place aussi en retrait avant la diffusion mercredi des chiffres hebdomadaires des autorités américaines sur les réserves de produits pétroliers dans le pays.

L'abondance d'offre d'or noir aux Etats-Unis, illustrée par la montée des stocks de brut début avril à leur plus haut niveau en 23 ans, pèse depuis plusieurs mois sur le baril coté à New York.

Les opérateurs attendent également de nouveaux indicateurs sur la vigueur de la reprise économique en Chine et aux Etats-Unis, les deux plus grands consommateurs de brut au monde, que ce soit des indices manufacturiers ou le très attendu rapport mensuel sur l'emploi américain vendredi.

Un léger renforcement du dollar participe en outre au recul du marché selon Robert Yawger de Mizuho Securities USA, en rendant moins attractifs les achats de brut libellés en monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

jum/sl/bdx

PLUS:afp